La lutte contre le réchauffement climatique est primordiale. C’est pour cette raison que Marie Christine Marghem, ministre fédérale de l’Énergie et de l’Environnement, veut encourager les entreprises à devenir durables. Elle souhaite également une meilleure gouvernance en matière climatique afin d’augmenter l’efficacité des actions et ambitions. Finalement, il n’existe plus aucun risque de pénurie d’électricité pour cet hiver.

Encourager les entreprises à devenir durables

Pour rappel, les multinationales sont taxées sur les émissions de CO2 qu’elles produisent. La taxation génère des revenus distribués dans les pays européens pour servir à la lutte contre le réchauffement climatique. Plus les entreprises sont vertueuses, moins elles sont taxées, et inversement.

Selon la ministre, les entreprises ayant engagé le cap vers une production de déchets plus propres sont leaders. Elle encourage les industries à devenir durables. Pour ce faire, elle préconise d’utiliser des produits et des procédés propres, ainsi que l’économie circulaire.

Marie Christine Marghem affirme également qu’une concertation entre multinationales et citoyens est positive pour 2 raisons. Tout d’abord, il s’agit d’un moyen pour les entreprises d’expliquer leurs procédés. Ensuite, la concertation peut engendrer une aide des citoyens envers les multinationales afin que ces dernières soient plus performantes en matière écologique.

Une meilleure gouvernance pour plus d’ambition

Marie Christine Marghem, et les 3 ministres régionaux du climat, ont décidé de se réunir plus régulièrement. Ces rencontres permettent un partage efficient des efforts entre Fédéral et Régions.

Pour la ministre, une meilleure gouvernance en matière climatique entraine une plus grande efficacité dans les actions et, par conséquent, une augmentation des ambitions environnementales.

Pénaliser l’utilisation des énergies sales

Le tax shift, effectué principalement pour les bas et moyens salaires, est une diminution des charges fiscales. Il s’agit d’une redistribution différente des moyens financiers.

Marie Christine Marghem émet l’idée d’utiliser le même système pour l’environnement. Il est question d’attribuer les masses financières à la lutte contre le réchauffement climatique. L’objectif est de pénaliser l’utilisation ou le recours à des énergies « sales » afin de promouvoir les énergies propres.

« Nous voulons avancer plus vite »

La ministre fédérale l’affirme: « Nous voulons avancer plus vite ». Une conscientisation prend place au sein de l’ensemble des ministres afin de prendre toutes les mesures efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique. Ainsi, plusieurs réformes sont prévues: fiscales, économiques, de mobilité, etc.

En matière de mobilité, il est notamment question du RER, un dossier relancé par le MR. Le RER est une manière positive d’inciter les navetteurs venant de l’extérieur de Bruxelles à s’arrêter à la frontière de la capitale, et même au-delà de la périphérie.

Énergie: plus aucun risque de pénurie d’électricité

Marie Christine Marghem confirme qu’aucun risque de pénurie d’électricité n’aura lieu lors de cet hiver. La menace a été écartée grâce au travail conséquent de la ministre et de la task force. Des capacités importantes d’énergie sont revenues en décembre via Doel 4 et Thiange 3.

Enfin, l’interconnexion Nemo, reliant la Belgique et l’Angleterre, a été mise en place 15 jours à l’avance. Elle permet d’obtenir 1000 MW supplémentaires.