La Ministre fédérale du Budget, Sophie Wilmès, a pris connaissance du rapport du Comité de Monitoring1 en vue de l’élaboration du budget initial 2019. Ce rapport donne le coup d’envoi du conclave budgétaire de cet été. L’effort à réaliser pour l’année prochaine est évalué à 2,6 milliards d’euros, compte tenu des objectifs fixés. Ainsi, pour 2019, le déficit nominal à politique inchangée est estimé par le CoMo à -1,26% du PIB (-3,1% en 2014).

Le déficit structurel, à -1,13% (-2,9% en 2014). La Ministre du Budget apporte une première analyse du rapport du Comité de Monitoring : « L’effort estimé par le Comité de Monitoring correspond à la trajectoire prévue et annoncée par le Gouvernement dès 2017, dans ses projets de budgets pluriannuels. Ainsi, les estimations de déficit en solde nominal pour 2018 et 2019 correspondent globalement à celles anticipées. »

Sur les causes de la dégradation de la trajectoire budgétaire à politique inchangée entre 2018-2019, la Ministre relève trois points d’attention. «Comme expliqué à plusieurs reprises depuis plus d’un an, il s’agit principalement d’un effet d’écho d’1,4 milliards d’euros consécutif à la fixation définitive du facteur d’autonomie en 2018. La poursuite du tax-shift affecte également notre trajectoire. C’est un choix délibéré de ce Gouvernement qui rend, ainsi, 1,5 milliards d’euros supplémentaires de pouvoir d’achat aux travailleurs. Les revenus les plus faibles verront leur salaire net augmenter d’un peu moins de 150€, par mois, par rapport au début de la législature. En parallèle, la réduction du taux facial de 25% pour les cotisations patronales concernera plus de travailleurs en 2019. Enfin, on observe une augmentation des dépenses primaires – 1,4 milliards d’euros – due principalement à des indexations et des effets volumes en Pensions (429) ainsi qu’en Intégration sociale (136) ; mais aussi une hausse de la dotation aux Communautés (403). »

Suite à la publication des conclusions du Comité de Monitoring, plusieurs groupes de travail vont être constitués afin d’analyser ligne par ligne ce rapport et y a apporter les commentaires nécessaires, comme d’ordinaire. « Au final, il reviendra au Gouvernement de définir les moyens d’atteindre ses objectifs » rappelle la Ministre Sophie Wilmès. « Notre volonté de réduire les déficits et l’endettement de notre pays reste intact, tout en travaillant à la création d’emplois. J’en veux pour preuve les grands indicateurs budgétaires qui tendent vers les résultats engrangés lors des années d’avant-crise. »