Le gouvernement PS-cdH refile la patate chaude du Pacte d’excellence aux suivants sans se mouiller !

Au terme des négociations, le Groupe central du Pacte d’excellence semble donc s’être accordé sur un plan définitif de réforme.

Le Groupe MR en prend acte. Mais il s’étonne d’une communication qui repose sur deux points uniquement : les négociations syndicales et le tronc commun.

« A la lecture de la presse ce matin, ces 14 heures de négociations ressemblent fort à un round syndical en vue d’apaiser leurs affiliés. Mais est-on au bout du tunnel pour autant sachant que leurs délégués doivent encore s’exprimer sur cet accord ? », se demande Françoise BERTIEAUX, Cheffe de Groupe MR au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pacte d’excellence ou programme du PS ?

Par ailleurs et comme attendu, le gouvernement se sert du Pacte d’excellence pour réaliser le programme du PS. L’allongement du tronc commun jusque 15 ans, mais en faisant peser absolument toute l’organisation, la charge budgétaire et les difficultés de mise en oeuvre sur la prochaine législature.

« Sur ces 5 années de législature, le gouvernement PS-cdH ne se sera donc absolument engagé à rien. Si ce n’est à inscrire dans les décrets le programme du PS. En effet, la priorisation – avec un an de retard sur les promesses – et le phasage ont finalement été effectués par le Groupe central et la mise en œuvre est refilée au prochain gouvernement… Bref, c’est une législature et des Ministres pour rien ! », déplore Françoise BERTIEAUX.

Dans de telles conditions, si la seule réforme pédagogique du Pacte qui sera exécutée est l’allongement du tronc commun – comme lors du Contrat pour l’école d’Arena, la seule mesure mise en place fut le décret Inscriptions -, le MR tient à rappeler qu’il ne se sent en rien lié à cet accord.