Ce mercredi 14 avril, les Alliés se sont réunis en vidéoconférence afin d’arrêter la décision relative à la fin de la mission Resolute Support et au retrait d’Afghanistan où les troupes de l’Organisation transatlantique sont présentes depuis bientôt vingt ans.

La Belgique reste convaincue qu’un accord politique intra-afghan est la meilleure garantie de stabilité dans l’optique d’une reconstruction progressive du pays. À ce titre, la Conférence de paix sur l’Afghanistan prévue pour le 24 avril à Istanbul représente la prochaine grande échéance pour une sortie politique négociée du conflit qui sévit dans le pays et aura pour objectif d’amener les Talibans et le gouvernement afghan à s’accorder sur la feuille de route à suivre. « L’annonce de notre retrait militaire à quelques jours de cette conférence pourrait avoir pour conséquence de diminuer la pression sur les épaules des Talibans, dès lors potentiellement moins enclins à chercher à dégager un accord. » explique la Vice-Première ministre, Sophie Wilmès. « Il est donc indispensable de suivre le processus de paix d’encore plus près. » Elle ajoute : « Nous ne voulons pas mettre en péril les acquis obtenus au cours des deux dernières décennies. Des progrès ont été par exemple engrangés au niveau des droits et des libertés de la population afghane. Je pense particulièrement aux femmes et aux enfants. Nous sommes et resterons solidaires du peuple afghan. Mais nos relations dépendront de l’engagement des autorités à s’inscrire dans les mêmes valeurs et fondamentaux que notre pays. »

« Nous avons aussi beaucoup travaillé pour garantir la sécurité internationale. Pour éviter un retour en arrière dans ce domaine, la Belgique souhaite que l’OTAN continue de travailler avec les acteurs régionaux et l’Union européenne pour assurer la stabilité de la région et lutter contre toute résurgence du terrorisme qui menacerait nos pays et nos concitoyens. » complète la Vice-Première ministre.

Pour la Ministre Dedonder, « la Belgique s’est montrée un partenaire toujours fiable au sein de la coalition en s’engageant avec ses partenaires de l’OTAN au sein de l’ISAF depuis 2003. Tout au long de l’intervention de la coalition en Afghanistan, la Défense belge aura assumé sa part de responsabilités. Avec le retrait planifié des forces américaines, s’amorce, simultanément, le nôtre. Dans les prochaines semaines et mois, sera entamé le désengagement ordonné de nos troupes et ce, en coordination avec notre partenaire allemand dès lundi – avec lesquels nos contingents successifs se sont déployés dans le cadre de l’opération Resolute Support depuis 6 ans. Je tiens à remercier tous les militaires ayant participé à cette opération depuis 2003.  ».