Égalité des chancesSanté

Lutte anti-dopage

Par 18 février 2015 Pas de commentaire

L’athlète Moukrime risque-t-il des ennuis au niveau international ?

En séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le député MR Gilles MOUYARD a interpellé le Ministre des Sports René Collin (cdH) quant au contrôle anti-dopage imposé à l’athlète Tarik Moukrime pourtant traité pour un cancer.

« Quand le contrôleur anti-dopage s’est présenté chez M. Moukrime, celui-ci a souligné qu’il venait de terminer un traitement pour lutter contre un cancer, quelques jours seulement auparavant, et que le test pourrait dès lors se révéler positif. Malgré tout, le test a bel et bien eu lieu. Ma question au Ministre des Sports était des plus simples : oui ou non M. Moukrime risquait-il des ennuis avec l’ensemble des Fédérations internationales suite à ce contrôle ? », a demandé Gilles MOUYARD.
Le Ministre Collin a certes souhaité un prompt rétablissement à Tarik Moukrime, mais n’a pas été en mesure de rassurer l’athlète sur son avenir.

« M. Collin s’est réfugié derrière l’indépendance de la Commission anti-dopage, mais cela ne l’empêchait pas d’exprimer ne fut-ce qu’une volonté dans ce cas bien particulier. Par ailleurs, il n’a guère répondu non plus – et pourtant cela ne relève pas de la Commission anti-dopage – sur le fait qu’une procédure AUT (dérogation pour l’utilisation de certains médicaments à des fins thérapeutiques) ait été lancée ou pas et, le cas échéant, si celle-ci assurait l’athlète à ne pas être ennuyé sur le plan international », déplore le député MR.