Bien-êtreIndépendants & PMESanté

Le gouvernement veut soutenir les aidants proches

Par 25 février 2015 Pas de commentaire

Ce lundi 23 février, Charles Michel a demandé à plusieurs membres du gouvernement de formuler des propositions concrètes en faveur des aidants proches.

Aujourd’hui, les personnes aidant ou soutenant un proche malade, handicapé ou dans une situation de dépendance se voient reconnaître le statut d’aidant proche.

Rappelons que dans son programme, le MR  a émis le souhait de pouvoir « assurer à l’aidant proche la garantie de droits sociaux tels que la protection pour les soins de santé, la pension, ou encore les allocations familiales ».

Pour le Premier ministre, « la philosophie du gouvernement est d’améliorer la situation de ceux qui prennent soin d’un proche ». C’est dans cette optique que les interruptions de carrières motivées sont maintenues, voire renforcées.

Charles Michel a également invité Kris Peeters, ministre de l’Emploi, à réfléchir à des mesures permettant des aménagements de carrière pour les travailleurs confrontés à la maladie d’un parent, d’un conjoint ou d’un enfant. Le but étant d’offrir à ce travailleur la possibilité d’être disponible pour le proche malade, sans perdre son emploi.

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, a lui été invité à travailler sur la préservation des droits à la pension des travailleurs qui interrompent provisoirement leur carrière. L’objectif est que cette interruption de carrière ne soit pas sanctionnée et soit donc prise en compte dans le calcul de la pension.  

Rappelons également que dans le programme du gouvernement se trouve une réelle volonté de soutien aux aidants proches. Le Premier ministre a d’ailleurs pris conscience des problèmes qui pourraient se poser pour les chômeurs qui ont également un proche malade. « L’objectif du gouvernement est de remettre un maximum de personnes au travail, mais il est certain que si une mesure pose problème pour les chômeurs aidant un proche malade, il faudra la corriger », dit-on au Seize.