A l’occasion de la tournée des voeux 2016, le président du MR Olivier Chastel a prononcé le discours suivant.

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Quel plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour ces voeux 2016.

Quelle joie de pouvoir échanger nos vœux dans cette ambiance conviviale qui nous ressemble : chaleureuse, souriante, optimiste et tournée vers l’avenir.

A vous tous, à vos familles et à vos amis, j’adresse mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité pour 2016.

 

Voeux 2016 : la lutte contre le terrorisme

Il y a un an, ensemble, nous avons salué la mémoire des victimes des attentats de Charlie Hebdo. Malheureusement, ce premier acte sanglant, aveugle et meurtrier allait marquer l’année 2015.

Les agressions de Daesch ont en effet créé la terreur en Syrie, en Tunisie, en Egypte, à Paris, entraînant le monde dans une nouvelle ère, celle d’un ennemi  invisible et traître,  un ennemi qui s’attaque à des innocents dans son combat contre la liberté, contre l’égalité homme-femme, contre la convivialité, contre l’éducation,  la connaissance et le progrès.

Appréhender ces fanatiques qui tentent de camoufler leur totalitarisme derrière un vernis pseudo-religieux, était donc l’enjeu des derniers mois et restera notre défi pour un moment encore. Nous avons déjoué des attentats, la semaine dernière encore. Il faudra pourtant maintenir notre totale vigilance et nous attaquer de front aux racines de cette horreur.

Nous, libéraux, nous marquons notre différence dans ce combat. Nous refusons les amalgames. Et nous rejetons les simplismes stigmatisant. Nous  sommes conscients de notre responsabilité.

Oui, nous prenons les mesures pour assurer la sécurité de nos concitoyens.

Oui, nous luttons avec force et sans concession contre le radicalisme.

Défendre nos libertés

Et oui, nous défendons notre socle de libertés. Car ces libertés, nous les chérissons, elles sont nôtres, elles sont le résultat de nos combats et de nos engagements. Préserver cette liberté, c’est donc gagner la bataille contre les terroristes de Daesch.

Je souhaite donc, à titre personnel et en votre nom, remercier, à l’occasion de ces voeux 2016, notre Premier ministre, Charles Michel. Et aussi notre vice-Premier ministre Didier Reynders, nos ministres Willy Borsus, Daniel Bacquelaine, Jacqueline Galant, Marie-Christine Marghem, Sophie Wilmès, et à travers eux l’ensemble du gouvernement fédéral pour les actions menées afin de garantir notre sécurité et préserver notre liberté :

« Charles, Didier, Willy, Daniel, Jacqueline, Marie-Christine et Sophie, merci de ne rien céder dans cette défense de la liberté et de maintenir l’état de droit même au plus fort de la crise. Au Parlement fédéral, avec nos députés du Hainaut Jean-Jacques Flahaux, Benoît Friart, Richard Miller, et leur chef de groupe Denis Ducarme,  nous garderons donc cette approche équilibrée. Nous ne renierons pas notre éthique».

Combattre le radicalisme et le terrorisme, est aussi, pour nous, un combat contre toutes les formes de racisme.

Nous, libéraux, nous nous battons POUR la liberté, POUR le respect de l’être humain quelle que soit son origine et ses choix de vie, POUR la dignité, y compris celles des milliers de réfugiés qui ont fui la guerre pour arriver chez nous. Dans ce domaine, nous resterons fidèles à notre politique d’asile, humaine mais ferme !

Voeux 2016 : le socio-économique

Mesdames, Messieurs,

2016 sera une année très importante pour nous libéraux et pour l’ensemble de notre société.

Des choix fondamentaux que nous avons décidé de mettre en œuvre dans le programme  du gouvernement de Charles Michel, ont été votés l’an dernier. Ils produisent des effets significatifs dès ce mois de janvier.

Je pense en particulier aux mesures du plan PME de Willy Borsus. La mesure « zéro cotisation patronale » sur le premier emploi convaincra en effet les indépendants et les PME de faire le premier pas vers une nouvelle croissance de leurs activités.  Des échos positifs nous parviennent déjà des associations professionnelles. Cette mesure doit booster l’emploi.

Comme celles déjà en vigueur dans l’horeca, les flexi-jobs, ou les réductions de charges patronales.

La mise en œuvre de ces choix de société est notre marque, notre signature : c’est dans le concret que nous mettons en œuvre notre priorité pour l’emploi.

Et plutôt que de n’exister que dans la confrontation stérile avec le gouvernement fédéral, les exécutifs de nos entités fédérées doivent suivre son exemple, simplifier leurs législations et rendre plus efficaces leurs structures relatives à  l’enseignement, à la formation ou aux  aides à l’emploi.

 

Voeux 2016 : la Wallonie et les entités fédérées

Malheureusement, en Wallonie c’est tout le contraire auquel nous assistons. Le gouvernement régional  utilise en effet les leviers fiscaux que lui donnent les réformes de l’Etat successives pour appauvrir les Wallonnes et les Wallons. Quand il agit, l’exécutif wallon le fait dans le mauvais sens.

Quand un ménage wallon achète pour 1800 euros de titres-services, il ne bénéficiera que d’une réduction d’impôt de 180 euros, contre 540 en Flandre.

L’eau augmente aussi, beaucoup plus vite en Wallonie !

Et le gaz ? Pour un ménage moyen, on est à 250 euros de différence avec la Flandre.

Je pourrais parler de fiscalité automobile, mais je vais me concentrer sur un impôt d’un autre âge : la taxe sur la détention d’un poste de télévision à la maison. A l’heure de la télévision partout, vous vous rendez compte…

La télé-redevance a disparu depuis belle lurette en Flandre et à Bruxelles. Mais pas en Wallonie où chaque ménage qu’il soit riche ou pauvre devra encore s’acquitter de 100 euros en 2016.

Les trois exemples titres-services, gaz et télé-redevance créent à eux seuls un différentiel de 700 euros en faveur du ménage flamand. Cela doit s’arrêter et la Wallonie doit prendre un autre chemin fiscal. C’est un de mes voeux 2016.

Pour un autre chemin social

Et un autre chemin social aussi. Il est en effet urgent que les organisations syndicales sortent de leur logique d’un autre siècle. Ce qu’ont fait les syndicalistes francophones de la SNCB cette semaine, est irresponsable socialement, est criminel pour notre économie. C’est aussi destructeur pour leur entreprise et cela n’incite personne à regarder Bruxelles et la Wallonie comme des terres d’investissements stables et dynamiques.

Mais nos Régions et Communauté doivent surtout revenir à des notions fondamentales comme un enseignement de qualité, des formations pertinentes et une politique d’aides à l’emploi efficaces. C’est un autre de mes voeux 2016.

Je veux donc dire à Pierre-Yves Jeholet et à Françoise Bertieaux, nos chefs de groupe à la Région wallonne et à la Fédération Wallonie Bruxelles, ainsi qu’à nos députés régionaux Georges-Louis Bouchez, Jean-Luc Crucke, Olivier Destrebecq, Véronique Durenne, Philippe Knaepen, Marie-Françoise Nicaise, Patricia Potigny et Nicolas Tzanetatos, que je sais combien ils dépensent une énergie sans limite pour convaincre des exécutifs timorés, assoupis et pétris de certitudes. Poursuivez votre combat, ne lâchez rien. C’est l’avenir des Wallons qui est en jeu. Restez mobilisés, c’est un de mes voeux 2016.

 

Voeux 2016 : un gouvernement libéral et social

Mesdames, Messieurs,

Nous avons essuyé les moqueries, quand ce n’était pas les injures, d’une opposition en mal de repères, et soutenue de manière parfois outrancière par des organisations syndicales en campagne, les uns instrumentalisant les autres à tour de rôle.

Ils critiquent l’absence de concertation sociale, mais n’ont pourtant jamais conclu autant d’accords à la table des négociations.

De plus, ils nous ont accusés de tuer la sécurité sociale, alors qu’avec Daniel Bacquelaine, le gouvernement fédéral sauve notre système de pensions.

Ils nous ont aussi traités de menteurs quand nous engrangions une réforme fiscale d’ampleur et augmentions le pouvoir d’achat de millions de nos concitoyens.

Toutes leurs caricatures, tous leurs chiffres trafiqués, tous leurs mensonges seront balayés dans les prochaines semaines. Dès la fin de ce mois de janvier, une grande majorité des travailleurs constatera  la vérité des chiffres sur sa fiche de paie.

Le salaire net augmente donc en Belgique grâce au gouvernement de Charles Michel ;

Le système de protection sociale est aussi préservé et sera même renforcé par la création de milliers d’emplois.

La concertation sociale fonctionne et donne des résultats.

Notre gouvernement est donc authentiquement social, parce qu’il est authentiquement libéral.

Voeux 2016 : la réflexion doctrinale

Très chers amis réformateurs,

Nous nous retrouverons l’automne prochain pour un congrès doctrinal. Le travail de préparation est en cours depuis quelques mois. Sous la houlette du Centre Jean Gol et de son administrateur délégué Richard Miller, des centaines de militants ont déjà exprimé leur avis au cours des 18 débats organisés dans nos différentes provinces.

Dès la fin du mois, ces discussions reprendront sur chacune des six thématiques retenues. Je vous invite à y participer, à y faire entendre votre voix. L’exercice est important pour notre mouvement. Il nous dotera de textes fondateurs adaptés aux besoins de notre époque.

Ils seront la base sur laquelle nous établirons, ensuite, nos programmes électoraux pour les échéances de 2018 et 2019.

Mesdames, Messieurs,

Je me réjouis d’être parmi vous aujourd’hui. Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, nous aurons tous cette responsabilité de nous exprimer et de faire preuve de pédagogie, forts de nos convictions et des réalisations de notre gouvernement, afin de convaincre davantage encore de citoyens du bien fondé de nos actions.

Les résultats commencent à être visibles.

Le mouvement des réformateurs grandit, le Mouvement réformateur grandit.

Osons être nous-même.

Faisons face aux résistances et aux obstacles.

Rassemblons nos forces et, autour d’elles, les optimistes de nos régions et de notre pays.

Heureuse année et meilleurs voeux 2016

Vive la liberté, vive le MR !