Le Comité de concertation s’est réuni ce vendredi 22 janvier. En raison de la propagation du variant britannique du coronavirus, il a été décidé d’un renforcement des mesures en matière de voyage. Une date de réouverture a été également fixée pour les professions de contact non-médicales (les instituts de beauté, les instituts de pédicure non-médicale, les salons de manucure, les salons de massage, les salons de coiffure et barbiers et les studios de tatouage et de piercing). Si les chiffres restent stables, celles-ci rouvriront le 13 février.

Il a été établi que les voyages à des fins touristiques augmentent sensiblement le risque d’une propagation plus large des variants du covid-19 au sein de la population via l’importation. Ce faisant, le comité de concertation a considéré que des mesures supplémentaires visant à empêcher toute nouvelle importation de ces variants étaient recommandées. Il a ainsi été décidé que les déplacements à des fins récréatives-touristiques depuis et vers la Belgique seraient désormais interdits et ce entre le 27 janvier et le 1er mars. Cela signifie qu’il est uniquement permis de se déplacer depuis et vers la Belgique pour des déplacements essentiels.

Sont considérés comme essentiels, les déplacements pour :

  • raisons familiales impératives, entre autres les visites à un conjoint ou partenaire, qui ne vit pas sous le même toit, les déplacements dans le cadre de la coparentalité, les déplacements dans le cadre de funérailles et les déplacements dans le cadre de mariages civils ou religieux ;
  • motif humanitaire (y compris les déplacements pour des raisons médicales ou pour poursuivre des soins médicaux, ainsi que pour fournir une assistance ou soin à une personne âgée, mineure, vulnérable ou en situation de handicap, ainsi que des visites à des proches en soins palliatifs) ;
  • raisons d’études (sont inclus les voyages des élèves, étudiants et stagiaires qui suivent une formation dans le cadre de leurs études et des chercheurs ayant une convention d’accueil) ;
  • pour des habitants des zones frontalières comme élément de la vie quotidienne pour des activités qui sont également autorisées en Belgique
  • Sont également considérés comme essentiels, les déplacements :
    • pour le soin des animaux,
    • dans le cadre d’obligations juridiques (si nécessaire et pour autant que cela ne puisse pas se faire numériquement),
    • pour une réparation urgente pour garantir la sécurité du véhicule,
    • dans le cadre d’un déménagement ;
  • des motifs purement professionnels (y compris les déplacements des sportifs professionnels sous statut SHN (sportif de haut niveau), les professionnels du secteur culturel ainsi que les journalistes, dans l’exercice de leur activité professionnelle)

En cas de déplacement depuis et vers la Belgique, une déclaration sur l’honneur sera requise. La ministre de l’Intérieur mettra à disposition un formulaire modèle. Un renforcement des contrôles est prévu et des sanctions également en cas de non-respect de l’interdiction.

Les visites immobilières, accompagnées d’un agent immobilier, sont à nouveau autorisées.

En matière d’isolement et de quarantaine, il a été décidé de faire passer la durée de l’isolement de 7 à 10 jours pour les personnes atteintes du COVID-19, ce qui est conforme à la recommandation de l’OMS. En effet, après 7 jours de contaminations, un tiers des patients continuent à présenter une charge virale importante.

Il est impératif que chacun respecte les règles afin de pouvoir rendre des perspectives à chacun et en particulier aux personnes et secteurs les plus touchés.

Les autres règles sanitaires restent inchangées.

Le virus est toujours là. Continuez à prendre soin de vous et surtout des autres.