Des émeutes ont récemment eu lieu dans le centre-ville de Bruxelles. Le président du MR s’interroge sur les choix posés par la Région bruxelloise en matière de sécurité.

Des budgets pourtant transférés

« Depuis la 6e réforme de l’Etat, la Région de Bruxelles-Capitale a hérité de toute une série de budgets », déclare Olivier Chastel. L’Etat fédéral accorde ainsi 55 millions à la Région pour des actions de prévention et sécuritaires dans le cadre des sommets européens. Les Régions ont par ailleurs hérité de la politique des grandes villes. Il s’agit d’un budget de 11 millions d’euros pour la Région bruxelloise. Elle a également hérité de compétences et de budget en matière de sécurité routière. « La Région est responsable de l’affectation de ces budgets », précise Olivier Chastel.

Des affectations budgétaires étonnantes

Le président du MR constate pourtant qu’une partie est consacrée à des dépenses qui ne sont pas directement liées à la sécurité. Prenons l’exemple du financement du bâtiment d’une ASBL qui se consacre à la lutte contre les assuétudes ou le bâtiment de l’Observatoire bruxellois pour la Prévention et la Sécurité. « Il serait logique que les zones de police reçoivent l’entièreté de ce budget » déclare le président du MR.

L’effet du plan Canal

Olivier Chastel rappelle aussi l’existence du Plan Canal. Suite aux attentats du 22 mars 2016, il a permis de détacher près de 500 policiers. Une partie d’entre eux travaille dans la zone Bruxelles-Ixelles.

« Le gouvernement fédéral finance en suffisance les actions sécuritaires bruxelloises. Mais l’affectation de ces moyens pose question. En matière de sécurité, la Région bruxelloise devrait faire d’autres choix », conclut le président du MR.

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir