Économie & FiscalitéEmploiEnseignement

Enseignement : le MR veut le report du décret titres et fonctions

Par 19 mai 2016 Pas de commentaire

Ce décret titres et fonctions reclarifiant les diplômes requis pour pouvoir enseigner crée des injustices criantes. A la rentrée scolaire 2016, la réforme des titres et fonctions sera pleinement effective. Plus les dispositions prévues par le Gouvernement PS-CDH sont connues, plus les problèmes apparaissent au sein des écoles. En effet, les craintes augmentent dans le chef de certains enseignants de perdre leur emploi.

Cette réforme a pour vocation d’harmoniser les titres, fonctions et barèmes des professionnels de l’enseignement. Et ce, dans le fondamental et secondaire de tous les réseaux en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Combattre des injustices criantes du décret

Sans remettre en cause le bien-fondé de cette réforme, le MR demande :
▪   De suspendre et de postposer l’entrée en vigueur de la réforme d’une année, soit au 1er septembre 2017;
▪   D’apporter les correctifs nécessaires par décret, et non par simple dérogation, pour combattre les injustices les plus criantes.

« Sur les 5000 titres existants, la marge d’erreur ou d’oubli est considérable. Et plus l’échéance du 1er septembre se rapproche et plus les enseignants sont inquiets. Les risques de perte d’emploi sont sérieux pour ceux qui n’ont pas exactement le titre qui correspond à la fonction exercée. Or, l’enseignement est déjà un secteur où la pénurie se fait ressentir, d’où le risque de ne plus avoir assez de professeurs pour toutes les classes après l’entrée en vigueur de la réforme. Et outre les articles 20 et titres B, on constate que c’est l’enseignement qualifiant qui risque essentiellement d’en faire les frais, conclut Françoise Bertieaux, Chef de Groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Tout sur la réforme de la Justice
Stop à la désinformation
En savoir plus
Stop à la désinformation
Tout sur la réforme de la Justice
En savoir plus