Didier Reynders, ministre fédéral des Affaires étrangères et de la Défense, veut continuer à travailler sur l’ensemble des sujets. Cela est primordial pour la stabilité de la Belgique.

Continuer à travailler sur l’ensemble des sujets est primordial

Didier Reynders souligne que le Premier ministre va continuer à répondre aux questions du parlement. Son souhait est également de poursuivre les dialogues sur l’ensemble des sujets. Il a notamment été question du Pacte migratoire onusien et de l’Accord Inter Professionnel(AIP) avec les partenaires sociaux. Cet accord prouve ô combien le pouvoir d’achat est important. En effet, dès le 1er janvier, le Tax shift engendre une baisse d’impôt sur le travail, principalement pour les bas revenus.

Didier Reynders cite également l’importance des autres sujets sur lesquels il est important de continuer à travailler: compétitivité, marge salariale, etc. Le vote du budget en séance plénière est décisif. Accordé, il permet notamment d’obtenir une enveloppe bien-être afin d’aider les allocataires sociaux.

Enfin, le climat doit être un élément de discussion important. Il persiste un blocage en Flandre. La Belgique est prête à posséder plus d’ambitions environnementales si les 3 régions sont d’accord.

“Il n’y aura pas de vote de confiance”

Pour Didier Reynders, il n’y aura pas de vote de confiance. Le ministre insiste sur la distinction entre le débat dans le Parlement et la réalité des éléments. La réalité est qu’il est primordial d’avancer sur une série de sujets, comme ceux précédemment cités.

Didier Reynders établit 2 remarques. Tout d’abord, l’image de la Belgique est excellente, en dépit du discours de certains individus au Parlement. Le Pacte migratoire, la place au Conseil de sécurité de l’ONU, la diplomatie culturelle et sportive et le cinéma belge, entre autres, en attestent. La Belgique possède une image exceptionnelle à l’international.

Ensuite, il existe une divergence très forte entre le sud et le nord du pays. Pour Didier Reynders, il faut stopper l’hypocrisie qui consiste, dans le sud, à décrire la N-VA comme étant un parti raciste et infréquentable. En effet, il constate qu’Ecolo-Groen fait groupe commun au parlement alors que des parlementaires de Groen sont dans des majorités avec la N-VA. Même situation avec le S.PA qui est associé à Anvers avec la N-VA.

Des élections anticipées fournissent une instabilité

Créer un Gouvernement en Belgique entre deux élections et en quelques semaines serait exceptionnel. Didier Reynders privilégie le travail dossier par dossier plutôt que l’instabilité. De plus, en affaires courantes, un Gouvernement ne possède pas la capacité d’agir et ne peut pas prendre de vraies décisions.

Finalement, il rappelle que pour avoir 76 sièges et être contre la poursuite des travaux de ce Gouvernement, la N-VA et le PS doivent se mettre d’accord. Sans PS ou N-VA, il n’y a pas de vote de méfiance.