En début de semaine, un accord après des années de discussion a été finalement trouvé sous l’égidede la nouvelle Ministre chargée de la Politique scientifique Sophie Wilmès entre l’Association Métis de Belgique (AMB-MVB), le Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) et les Archives générales du royaume en ce qui concerne la question des dossiers personnels des métis de Belgique. Sous l’initiativede la Ministre fédérale chargée de la Politique scientifique, Sophie Wilmès, les différentes parties ontpu s’entendre quant au transfert de l’ensemble de ces dossiers – y compris leur format numérique -depuis le MRAC jusqu’aux Archives, répondant ainsi à la demande de l’association qui représente les métis et leurs descendants.

Pour rappel, suite à la décolonisation en 1960, de nombreux métis ont été rapatriés en Belgique. Àl’époque, l’ensemble de leur dossier personnel – contenant actes de naissance, examens de santé et autres documents à caractère privé – fut confié successivement à différentes asbl avant d’attérir auMusée de Tervuren à l’issue d’un don. L’AMB milite activement depuis plusieurs années pour que cesdossiers ne soient pas considérés comme des pièces de collection appartenant à un musée mais biencomme des documents à caractère personnel, protégés, avec des conditions d’accès facilitées pour les métis et leurs familles, à l’instar de n’importe quel document comportant des données privées. Ce sera désormais le cas.

La Ministre Wilmès se félicite du compromis qui a pu être trouvé entre chaque partie : « depuis 2017, plusieurs résolutions ont été adoptées dans les différentes assemblées de notre pays ; preuve s’il en est du grand intérêt qu’il fallait apporter à cette problématique. L’appel légitime des métis de Belgiquedevait être entendu. C’est pourquoi j’ai fait en sorte de réunir autour de la table les différents acteurs pour dégager une solution qui permettait de rencontrer les revendications des métis dans les meilleurs conditions. Le Musée royal d’Afrique centrale et les Archives du Royaume se sont montrés très ouvert et coopératif sur la question. Cela nous a aidé à aboutir à un accord très rapidement. Si ce transfert physique demande peu de moyens techniques il a une portée symbolique considérable pour la reconnaissance du droit de chaque citoyen belge à disposer, comme il lui convient, de ses données à caractère personnel. »

L’Association Métis de Belgique (AMB-MVB) « se félicite également de l’engagement du gouvernementfédéral à la concrétisation de ce projet qui fait suite aux différentes demandes des députés fédéraux contenues dans la dans la Résolution-métis adoptée à l’unanimité de la Chambre des Représentants le29 mars 2018. Ces demandes reprenant les doléances de notre association dont le transfert effectif des dossiers personnels des métis coloniaux de l’Africa museum vers les Archives de l’État. Cela rencontre une de nos principales préoccupations considérant que pour notre qualité de citoyens belges à part entière et pour notre dignité, nos dossiers personnels n’ont pas leur place dans un musée d’Afrique mais bien dans l’histoire de Belgique. C’est un pas de plus dans la reconnaissance par la Belgique de ses enfants métis nés durant la période coloniale. »