Le président du MR Olivier Chastel a appris l’inculpation d’Armand De Decker dans le dossier du Kazakhgate.

 

Olivier Chastel rappelle l’exigence de probité qu’il requiert dans le chef de l’ensemble des mandataires du Mouvement Réformateur. Armand De Decker est informé que, conformément au code de bonne conduite des mandataires MR, en cas de procédure pénale les concernant ou de levée de leur immunité, les mandataires du Mouvement Réformateur s’engagent à démissionner de leurs mandats.

 

Le Conseil de Conciliation et d’Arbitrage du Mouvement Réformateur avait déjà confirmé en 2016 qu’une faute déontologique personnelle avait été commise par Armand De Decker dans ce dossier du Kazakhgate. Pour cette raison, Armand De Decker n’exerce plus depuis le 20 novembre 2016 aucune fonction interne au sein du Mouvement Réformateur et de ce fait, ne s’exprime plus au nom du MR.

 

Suite à cette inculpation, en concertation avec le président de la Régionale MR de Bruxelles Didier Reynders, le président du MR demande maintenant à Armand De Decker de démissionner de tous ses mandats électifs. Dans le cas contraire, Armand De Decker sera immédiatement exclu du Mouvement Réformateur.