Ce lundi 9 juillet, le Comité d’étude sur le vieillissement a présenté son rapport annuel visant à analyser les conséquences à long terme du vieillissement de la population.
En plus d’une confirmation que les réformes entreprises par le Gouvernement diminuent significativement le coût du vieillissement, le Ministre des Pensions a trois raisons de se réjouir :

– La décroissance du risque de pauvreté des pensionnés en général, tendance qui s’observe depuis quelques années et qui va continuer jusque dans les années 2050, avant de se stabiliser ;
– A long terme, la diminution du risque de pauvreté des femmes isolées ;
– La diminution des inégalités entre pensionnés jusqu’en 2050, avant de se stabiliser.

Comme l’année passée, le présent rapport confirme que la réforme des pensions renforce non seulement la soutenabilité financière de notre régime de retraite mais également sa soutenabilité sociale. Il confirme ainsi que le risque de pauvreté des personnes de 65 ans et plus continue à diminuer et que cette tendance se poursuivra jusqu’en 2070.

Il souligne aussi le fait que le montant moyen de la pension des femmes augmente grâce à l’allongement des carrières, résultant notamment des réformes que nous avons adoptées.

Le Ministre Daniel BACQUELAINE : « A nouveau, le rapport de cette année souligne l’impact positif de nos réformes sur la soutenabilité budgétaire de notre régime de pension.
Nos mesures réduisent le risque de pauvreté des pensionnés et les inégalités entre pensionnés. Elles contribuent également à augmenter le montant moyen de la pension des femmes. Je ne peux que me réjouir de ce constat ».

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir