La Ministre wallonne du Logement, Valérie DE BUE, était ce mercredi en visite au Logis Tournaisien. Elle se réjouit d’avoir pu confronter ses priorités aux besoins du terrain. Et notamment, les besoins en termes de rénovation énergétique auxquels répond la réforme du secteur intitulée « Impulsion Logement ».

Le logement a besoin d’une impulsion ! C’est d’ailleurs le nom donné par la Ministre Valérie DE BUE à sa réforme dans le secteur : « L’impulsion Logement ». Cette réforme s’appuie sur :

  1. La réforme locative

La Ministre travaille actuellement sur une réforme du calcul des loyers. Actuellement, les locataires paient le même loyer que leur logement soit énergétiquement performant ou qu’il soit une véritable passoire. L’objectif de la réforme est de répercuter le gain énergétique à la fois sur le locataire, mais aussi sur la société de logement qui pourra ainsi réinvestir dans d’autres rénovations.

  1. Le schéma de développement régional

L’obligation actuelle des 10% est toujours d’actualité. Mais force est de constater que cette obligation ne colle pas à la réalité. Si toutes les communes wallonnes s’y conformaient, 67.000 logements publics devraient encore être construits en Wallonie. Un chantier colossal que la Région n’a pas les moyens de financer !

L’objectif de la Ministre est de travailler sur base d’un schéma de développement régional, en cours de réalisation. Cela permettra d’identifier les endroits où il existe une demande, mais aussi des nœuds de communication, des opportunités d’emploi, des services publics… Cela afin que les locataires puissent s’épanouir en toute dignité.

  1. La rationalisation du secteur

La Ministre souligne également la complexité du paysage institutionnel en matière de logement. On comptabilise en effet 64 sociétés de logements d’utilité publique, la Société wallonne du Logement, la Société wallonne du crédit social et le Fonds du Logement des Familles nombreuses. La volonté de la Ministre est de rationnaliser l’ensemble pour une meilleure efficacité au service du citoyen.

  1. Le Plan wallon d’investissement

Dans le cadre du Plan wallon d’investissement, ce sont 755 millions d’investissements qui sont prévus sur 6 ans pour la création et la rénovation de logements publics ainsi que la mise en place d’aides à l’efficience énergétique dans les logements privés. Cela, avec des moyens publics mais aussi et surtout via une recherche de partenariats public-privé et des contacts avec la BEI, la BCE…

Pour connaître les besoins en matière de création et de rénovation dans les logements publics, la Ministre a demandé que soit réalisé un inventaire au début de l’année 2018.

Quatre axes ont été définis :

  1. Rénovation des logements publics inoccupés

Actuellement, 5.000 logements sont inoccupés sur les 101.000 que compte le parc wallon (5% du parc). Outre la rénovation des logements non-louables (quelque 1.400 logements environ sur les 5.000), la Ministre veut s’attaquer à la vacance locative. La Ministre entend affiner les critères à remplir lors des inscriptions comme candidat locataire. Cela permettra de proposer plus rapidement un logement adéquat aux candidats et ainsi réduire la vacance locative. Ce changement s’accompagnera aussi d’une limitation des refus à un seul pour éviter les refus en cascade qui allongent le délai d’attribution d’un logement pourtant inoccupé.

  1. Rénovation énergétique

En l’état actuel, 30.000 logements sur les 101.000 ont déjà bénéficié d’une rénovation. Il faut donc poursuivre le travail.

  1. Création de logements publics

40.000 ménages sont toujours en attente d’un logement public. La Ministre veille également à adapter l’offre à la demande en créant des logements plus petits (une ou deux chambres, alors qu’actuellement ce sont principalement des logements deux ou trois chambres).

  1. Création de logements destinés à la vente

L’idée est ici de construire des logements sur des terrains appartenant à la Société wallonne du Logement, en associant le secteur privé à cette initiative.

 

La Ministre Valérie DE BUE est consciente des besoins et entend donner une réelle impulsion au logement wallon. Elle remercie le Logis Tournaisien de lui avoir permis de découvrir les réalités du terrain qui ne font que la conforter dans sa volonté de réforme.