En sa séance du jeudi 28 février, le Gouvernement wallon, sur proposition du Ministre de l’Emploi et de la Formation Pierre-Yves Jeholet, a adopté en troisième lecture le projet d’arrêté relatif à l’incitant financier visant la mobilisation des demandeurs d’emploi vers la formation.

« Cette nouvelle prime, qui s’élèvera à 350 euros nets, sera octroyée aux demandeurs d’emploi qui ont entrepris et réussi une formation à un métier en pénurie à partir du 1er septembre 2018, vu que celle-ci sera rétroactive » précise le Ministre.

« Incitant + » vise à inciter les demandeurs à se former à un métier considéré comme « critique » ou en pénurie. Dans ce cadre, trois dispositions concrètes sont prévues pour ces apprenants :

  • L’incitant de 350 euros à proprement parler
  • Une préparation à un entretien d’embauche (sous forme d’un court module)
  • La promesse d’un entretien d’embauche

« Incitant + » s’inscrit dans le cadre d’autres mesures prises par le Ministre pour lutter contre le phénomène des métiers en pénurie. Parmi celles-ci, la réforme du PFI (qui permet aux entreprises de former les travailleurs en fonction de leurs besoins et parallèlement aux demandeurs d’emploi d’acquérir des compétences données) et l’action « Coup de poing pénuries» (qui permet aux entreprises qui cherchent au minimum 8 travailleurs pour une même fonction de faire appel au FOREM afin qu’il leur propose un programme sur-mesure via une sélection des candidats et un plan de formation flexible). Au mois d’août dernier, les secteurs professionnels s’engageaient via la signature d’un protocole d’accord à sensibiliser les employeurs à ces différentes mesures.

A noter que les apprenants bénéficiant de cette prime pourront continuer à percevoir des allocations de chômage et d’insertion.

« J’espère sincèrement que cette mesure permettra d’inciter de nombreux demandeurs d’emploi à se tourner vers l’offre diverse et variée de formations aux métiers en pénurie de main-d’œuvre. Je suis persuadé que la formation reste un des meilleurs tremplins vers l’emploi, surtout lorsqu’elle répond à un réel besoin des entreprises. Il est impératif de continuer ce travail de réforme afin que les filières de formation soient toujours en phase avec le marché de l’emploi » a conclu le Ministre.