De 8 milliards d’euros aujourd’hui à 12 milliards d’ici la fin de cette nouvelle législature, telles sont les prévisions du CERPE (Centre de recherche en économie régionale et politique économique de l’UNamur) quant à la dette de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Le MR avait déjà tiré la sonnette d’alarme lors des débats parlementaires concernant le Pacte d’excellence et la réforme de la formation initiale. A plusieurs reprises, nous avions demandé des prévisions budgétaires au gouvernement PS-cdH… en vain ! Il est évident désormais que ce dossier doit être sur la table des négociations pour une nouvelle majorité en Fédération Wallonie-Bruxelles, sans tabous »,demande Jean-Paul WAHL,Chef de Groupe MR au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Si des investissements apparaissent indispensables pour un enseignement de qualité et la revalorisation de nos enseignants, les choix doivent être opérés sur base d’une analyse – urgente et nécessaire – de risques pour la soutenabilité budgétaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Enfin, il faut mettre en place une véritable culture d’évaluation des politiques menées en Fédération Wallonie-Bruxelles.

« On ne peut continuer à investir dans des politiques qui ne parviennent pas à atteindre les  objectifs espérés et ce, sans jamais les évaluer. Par exemple, depuis près de 40 ans on finance plus et encore les écoles en discrimination positive et pourtant on ne peut pas dire que cela soit une grande réussite. Quel serait le problème de l’évaluer et de savoir ce qui devrait être amélioré, modifié ou supprimé pour que cela porte enfin ses fruits pour nos élèves et nos écoles ? »,demande Jean-Paul WAHL.