La récolte des pommes et des poires touche à sa fin, et largement en avance par rapport aux précédentes années. L’occasion de se pencher sur le travail saisonnier dans ce secteur.

De 65  à 100 jours

Actuellement en Belgique, le travail saisonnier s’étale sur 65 jours. Dans d’autres pays européens, cette période est de 100 jours.

Cette situation pousse les travailleurs saisonniers à préférer travailler dans ces pays où la période de travail est plus longue.

Le ministre de l’Agriculture Denis Ducarme est conscient de cette problématique. Pour y répondre, il propose d’allonger cette période de travail saisonnier de 65 à 100 jours, comme pour le secteur des champignons, ou encore des chicons. Cette solution permettra de combler cette différence avec d’autres pays européens et attirera la main-d’œuvre nécessaire.

Un secteur en souffrance

«Le secteur, surtout les pommes et les poires, a déjà beaucoup souffert. Je m’engage donc à œuvrer à un allongement du travail saisonnier», explique Denis Ducarme.

Il est vrai que ce secteur souffre depuis plusieurs récoltes. A cause de la météo tout d’abord qui ne joue pas en sa faveur (gel très tardif en 2017 ou encore une importante sécheresse en 2018). Au niveau économique, les producteurs souffrent des contre-sanctions russes, interdisant notamment l’exportation des pommes et des poires belges vers le plus grand pays du monde.

Denis Ducarme s’est déjà penché sur ce problème en ouvrant, par exemple, un nouveau marché pour exporter nos fruits au Brésil.

Ceci pourrait vous intéresser:

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir