Universités d'été

20 septembre 2011

 

Le MR tout entier réuni aux Universités d’été aux Lacs de l’Eau d’Heure sous la bannière de l’union, du calme et de la sérénité.

Soleil éclatant, atmosphère festive pour plusieurs centaines de militantes et militants réformateurs réunis samedi aux Lacs de l’Eau d’Heure pour les Universités d’été du Mouvement Réformateur qui marquent traditionnellement la rentrée du MR.

Un Mouvement Réformateur «rassemblé,» comme l’a souligné le Président Charles Michel  devant toutes les composantes du MR réunies.

«Le MR n'est pas une formation de circonstances. Nous avons un programme électoral commun. Et nous menons un combat politique ensemble. Le MR est rassemblé,» a martelé le Président réformateur.

Charles Michel a évoqué les négociations en cours après avoir rappelé les priorités réformatrices dans le domaine socio-économique – assainissement des finances publiques, diminution des charges, révision du système des pensions pour permettre à ceux qui le souhaitent de travailler plus longtemps, des efforts accrus pour les PME, un enseignement performant privilégiant l’excellence et la discipline.
Et d’affirmer ensuite que le MR ferait tout pour que les négociations réussissent. Dans l’intérêt de tous les Belges.

«Le sens d’un mouvement comme le nôtre c’est de travailler chaque jour pour que notre société soit plus belle demain qu’aujourd’hui,» a expliqué Charles Michel.
C’est en présence des Présidents des autres composantes du MR, Olivier Maingain pour les FDF, et Gérard Deprez pour le MCC, en plus du chef de file gouvernemental des Réformateurs, Didier Reynders, et de Willy Borsus, chef de groupe au Parlement wallon, que Charles Michel a invité chacun «à avoir confiance.»

A avoir confiance dans un Mouvement Réformateur qui demande «le respect de l'ensemble des personnes présentes autour de la table de négociations,» à avoir confiance dans un MR ou chacun défend la ligne de conduite définie par tout le Mouvement.

«Mais pas question d'une solution qui mènerait à l'appauvrissement de la Wallonie et pas question non plus de lâcher Bruxelles,» a encore rappelé Charles Michel, réitérant la position qui est celle du MR en la matière depuis toujours.
Ce travail doit se faire «dans la tranquillité inscrite dans l'ADN du MR qui fera tout pour arriver à une solution.»

Et à ceux qui pointent du doigt les convictions du MR comme pouvant être un élément d’échec dans les négociations, Charles Michel a réfuté ces accusations spécieuses en posant cette question à la logique imparable:
«Pourquoi alors les autres partis n'ont-ils pas réussi sans nous durant les six mois durant lesquels ils avaient choisi de nous éliminer?» a demandé le Président du MR.
Notons parmi les autres orateurs de ce samedi, Willy Borsus, qui, après avoir dit tout le mal que le MR pensait de la majorité wallonne PS-cdH-Ecolo, qui «ne gouverne que par décret en Wallonie,»  a demandé qu’un audit soit effectué pour établir le montant réel de la dette wallonne, qui s’élèverait plutôt à 14 milliards d’euros qu’aux 4 milliards avoués.

«Et où en sont la simplification administrative, la dépolitisation de la fonction publique; n'y a-t-il plus de grèves sauvages aux TEC, l'accès au logement est-il plus facile?,» a demandé le Chef de groupe MR au Parlement wallon.
Olivier Chastel, Ministre de la Coopération au développement et aux Affaires européennes, qui a accueilli les participants en tant que Président de la Fédération du Hainaut, a tenu à rappeler à quel point le MR tout entier, «dans l’unité et le renouvellement» est attentif avec «ténacité» aux intérêts des Wallons comme à ceux des Bruxellois.

Françoise Bertieaux, Chef de groupe au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a rappelé les revendications du MR en faveur d’un enseignement de qualité qui respecte les élèves et étudiants, leurs enseignants et leurs parents.
Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances, a rappelé la nécessité de poursuivre les efforts afin de restaurer l’équilibre pour la confection du budget 2012. Le déficit doit redescendre en dessous de 3%. Notre grand argentier a aussi insisté sur le fait que la Belgique avait entériné toutes les mesures économiques préconisées par l’Union européenne pour lutter contre la crise. Pour continuer dans cette voie, il faudra prendre des mesures pour soutenir l’emploi, réformer le système des pensions pour permettre à ceux qui le souhaitent de travailler au-delà de 65 ans. Car plus il y aura de gens qui travaillent, plus il y aura d’activité, de créations d’emplois.

Ces Universités d’été avaient débuté par les travaux de quatre ateliers conduits par des mandataires, chacun spécialisé dans le domaine traité:

-    Entreprendre son avenir : Ta petite entreprise… ne connaît pas la crise.
-    Bien vivre en étant pensionné, est-ce possible?
-    Les consommateurs ont des droits : Quel rôle pour l’Union européenne?
-    La place de l’école dans l’éducation.

La réunion à l’Eau d’Heure incluait cependant aussi de multiples divertissements, comme la visite des attractions du domaine, des promenades sur l’eau en «Crocodile rouge,» un barbecue, une fanfare, des clowns pour amuser les enfants et une course de kayak opposant des mandataires habitués à se jeter à l’eau – avec succès – et des militants des Jeunes Réformateurs.

Photos

23 février 2018

Visite de ThalesAlenia Space

Toutes les photos

23 février 2018

Timeline Photos

Toutes les photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet