En 2030, l’âge légal de la retraite sera de 67 ans. Mais la durée de la carrière complète ne changera pas ! Ce sera toujours 45 ans. Tout le monde devra-t-il travailler jusqu’à 67 ans ? Non ! Ceux qui ont une carrière complète pourront partir plus tôt. Tout comme ceux qui exercent un métier pénible….

Un métier pénible, c’est quoi ?

Les partenaires sociaux ont défini quatre critères de pénibilité. Ces critères sont : la pénibilité des circonstances de travail en raison des contraintes physiques liées à l’environnement de travail ou en raison de charges physiques ; la pénibilité de l’organisation du travail ; la pénibilité en raison de risques de sécurité élevés ; et enfin la pénibilité de nature mentale ou émotionnelle. Il s’agit donc de critères généraux.

Il ne s’agit donc pas de métiers, mais de critères. Les anciens régimes préférentiels seront supprimés. Les partenaires sociaux vont maintenant travailler avec ces critères.

Le gouvernement fédéral a fixé le cadre : pas de retraite avant 60 ans, un minimum de 5 à 10 ans de pénibilité dans sa carrière, la prise en compte des périodes de travail et pas de chômage. C’est maintenant aux partenaires sociaux de jouer pour définir ces métiers, dans le secteur privé comme dans le secteur public.

Des exemples de métiers pénibles ?

Pour le MR, certains métiers sont sans aucun doute pénibles : un ouvrier qui monte sur un toit, un pompier qui va au feu, une infirmière qui manipule des malades toute la journée, une institutrice maternelle qui doit porter des enfants et travailler dans le bruit, un chauffeur routier au volant de jour comme de nuit, un éboueur qui soulève chaque jours des charges lourdes… Tout ceux-là ne vont pas travailler jusque 67 ans. Mais c’est aux partenaires sociaux de le décider !

Si votre métier est reconnu comme pénible, vous pourrez donc partir plus tôt. Pour les enseignants par exemple, cela ne changera pas beaucoup par rapport à aujourd’hui. Ils devront peut-être travailler un peu plus longtemps, mais certainement pas jusqu’à 67 ans. Et ils conserveront le même montant de pension.  Mais s’ils continuent à travailler, ils se constitueront des droits de pension supplémentaires nommés « bonus pénibilité ». Ce système n’existait pas auparavant. Il bénéficiera à tous les travailleurs, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Le personnel infirmier, par exemple, pourrait en bénéficier.

Déjà un accord dans la fonction publique

Le 23 mai 2018, deux syndicats de la fonction publique sur trois ont validé une liste de métiers pénibles. Le syndicat socialiste CGSP ne s’est pas encore prononcé.

Parmi les métiers pénibles identifiés par ces syndicats figure celui d’enseignant (sauf ceux de l’enseignement supérieur et de promotion sociale), avec une pénibilité plus importante reconnue pour les enseignants de maternelle, du spécialisé et du professionnel. Ces enseignants pourraient donc partir à 60, ou même à 58 ans vu le système préférentiel que leur accorde la Fédération Wallonie-Bruxelles. Policiers, pompiers et militaires figurent aussi sur cette liste.

Secteur privé et indépendants : les négociations se poursuivent

Le gouvernement fédéral n’a pas encore validé cette liste. Les négociations dans le secteur privé et pour les indépendants doivent d’abord se poursuivre.

Le gouvernement veut en effet y voir plus clair avant de se prononcer. Il veut garantir la cohérence et le parallélisme entre le secteur public et le secteur privé. Par exemple, cela n’aurait pas de sens que le métier d’infirmière soit considéré pénible dans les hôpitaux publics, mais pas dans les hôpitaux privés. L’avis du Bureau du Plan sera aussi nécessaire pour évaluer l’impact budgétaire de la liste des métiers pénibles. Le gouvernement fédéral espère aboutir avant le 21 juillet dans ce dossier.

Pour le MR, cet accord est cependant une étape importante. Il démontre la volonté du gouvernement d’accorder des conditions de pension plus avantageuses aux travailleurs qui exercent un métier pénible Le MR défend aussi l’harmonisation des différents régimes de pension (fonction publique, salariés et indépendants), où subsistent aujourd’hui des inégalités criantes. Le MR est en effet un défenseur résolu du système de pensions. Pour en assurer la pérennité, des réformes importantes sont nécessaires, comme le relèvement progressif de l’âge moyen de sortie du marché du travail.

Ceci pourrait vous intéresser :

Tout sur la réforme des pensions

A quel âge puis-je prendre ma pension ?

Quel sera le montant de ma pension ?

Qu’est-ce que la pension à points ?