Ce jeudi, Martin Buxant recevait le Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture, et de l’Intégration sociale sur Bel Rtl. Denis Ducarme est revenu sur l’importance du secteur de la construction dans notre pays. Il a, dans cette perspective, abordé une mesure visant à établir une responsabilité civile à tous les acteurs du secteur.

Un secteur important pour notre économie

Tout d’abord, le ministre évoque l’importance d’un secteur de la construction dynamique pour l’économie du pays. Il rappelle d’ailleurs que le Gouvernement fédéral, depuis le début de sa législature, y travaille. En effet, des emplois ont été créés aussi bien au niveau des salariés que des indépendants. Denis Ducarme ajoute : « Charles Michel voulait un taxshift pour le secteur de la construction, c’est 604 millions qui sont mis sur la table ». Enfin, il met en avant l’effort du gouvernement en ce qui concerne les marchés publics. L’objectif est ici que même les petites PME puissent avoir accès à un certain nombre de marchés publics. Le ministre fédéral l’affirme : le secteur se porte mieux même si des problèmes persistent toujours.

Il faut lutter contre le dumping social

Un des problèmes les plus important dans le secteur de la construction reste le dumping social. A cet effet, Denis Ducarme met en avant le plan du gouvernement qui, depuis le début de la législature, met tout en œuvre pour lutter contre ce fléau. Par ailleurs, il tient également à souligner la collaboration du secteur, conscient du problème.

Le Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture, et de l’Intégration sociale est cependant heureux. Il a réussi à obtenir de la part de l’Union Européenne, la possibilité de continuer à identifier les indépendants étrangers. Cela ne vaut que pour les secteurs où il y a des fraudes. Notons, dans ce cadre, les secteurs de la construction, de la viande ou encore du nettoyage.

Une responsabilité civile pour tous les acteurs

Jusqu’ici, les architectes représentaient le seul corps de métier de service intellectuel tenu à une responsabilité civile. Cela n’était pas acceptable pour le ministre qui envisage donc, via sa mesure, de prolonger cette responsabilité à tous les acteurs du secteur de la construction.

Jusque là, quand un problème survenait, les ménages concernés ne pouvaient se retourner que vers leur architecte. Pourtant, ce dernier avait, sans doute, « réalisé un bon travail », exprime Denis Ducarme. Le ministre conclut comme suit : il fallait mieux protéger le secteur mais aussi mieux protéger les consommateurs ».