En matière d’enseignement, le MR propose depuis longtemps deux solutions efficaces mais ignorées. Il s’agit de la remédiation immédiate et de la priorité aux savoirs de base.

Avec consternation, mais sans surprise, le MR prend connaissance des résultats de la dernière enquête Pirls.  Cette enquête évalue les performances en lecture des élèves en 4ème primaire. Des résultats très médiocres pour les élèves francophones belges.

La solution : rémédiation et priorité aux savoirs de base

Le MR répète depuis des années que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles doit absolument mettre la priorité sur l’enseignement des apprentissages de base (lire, écrire, compter). Cela passe notamment par l’instauration de la remédiation immédiate dès le primaire…

« En matière d’éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, on s’occupe de beaucoup de choses. On communique beaucoup sur des propositions qui plaisent le temps d’un article, mais finalement la majorité PS-cdH en oublie les bases fondamentales de notre enseignement ! », dénonce Françoise BERTIEAUX.

Pour la cheffe de Groupe MR au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, cette enquête Pirls ne fait que confirmer des constats connus depuis des années.

–    Les filles produisent de meilleurs résultats que les garçons. Cet écart est observé dans toutes les enquêtes internationales. C’est désolant, mais quelles mesures ont été prises depuis 10 ans pour y remédier ?
–      Notre enseignement est dual et l’écart entre les résultats des élèves socio-économiquement favorisés et défavorisés s’en ressent. Certaines écoles concentrent une majorité d’élèves qui rencontrent des problèmes d’apprentissage. Le gouvernement a choisi de cacher sous le tapis les difficultés de ces écoles plutôt que de mettre en place un vrai programme d’accompagnement.

Une ministre qui n’assume pas

Mais le plus catastrophique c’est la façon dont la Ministre de l’Éducation Marie-Martine Schyns (cdH) s’en lave les mains ! Le Groupe MR dénonce depuis longtemps son abandon de gouvernance aux groupes de travail du Pacte d’excellence. Cette fois, c’est le point de non-retour.

« Face à ces mauvais résultats, la Ministre se tourne, une fois encore, vers les groupes de travail du Pacte pour « en tenir compte », et à qui « ces analyses seront utiles ». On croit rêver ! Sur une réforme aussi importante que le Pacte d’excellence, que l’on concerte les acteurs de terrain est normal, voire crucial. Mais ensuite, un ministre se doit de prendre ses responsabilités. Elle doit prendre ou trancher les mesures censées répondre aux lacunes observées. Il est clair que désormais Mme. Schyns a démissionné de toute responsabilité ministérielle », déplore Françoise BERTIEAUX.

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir