Le test prénatal non invasif devient gratuit pour les bénéficiaires de l’intervention majorée et ne coûtera que 8,68 euros pour les autres.

Le Gouvernement fédéral vient d’obtenir que le test prénatal non invasif visant à détecter le syndrome de Down (anomalie chromosomique congénitale, plus souvent appelé trisomie 21) soit remboursé à partir du 1er juillet 2017. C’est une avancée majeure. Le test prénatal permet de ne plus effectuer un nombre important d’amniocentèses qui peuvent parfois provoquer une fausse couche. Le test prénatal est donc une solution très intéressante pour diagnostiquer un syndrome grave tout en préservant la santé du bébé.

15 millions d’euros

La ministre De Block a dégagé 15 millions d’euros pour le remboursement du test. Le remboursement sera total pour des femmes bénéficiant d’un régime préférentiel. La quote-part personnelle pour les femmes qui ne bénéficient pas de ce régime s’élève seulement à 8,68 euros au maximum. Par ailleurs, la Belgique est le premier pays européen où le test est presque gratuit. Il étudie l’ADN du fœtus dans le sang de la mère. Il élimine tout risque de fausse couche et découvre la trisomie dans 99,8 % des cas. Enfin, chaque médecin qui suit une grossesse peut effectuer ou demander le test.

Tout sur la réforme de la Justice
Stop à la désinformation
En savoir plus
Stop à la désinformation
Tout sur la réforme de la Justice
En savoir plus