Le MR défend un système de sécurité sociale performant et un système de soins de santé accessible et de qualité. Le MR veut ainsi garantir un nombre suffisant de médecins et faire face aux enjeux du vieillissement de la population, de l’augmentation des maladies chroniques, du financement des hôpitaux ou encore de l’accessibilité et du coût des traitements.

10 propositions concrètes

  • Meilleure transparence du prix des soins
  • Développer les postes médicaux de garde
  • Des médicaments moins chers
  • Étendre la vente de médicaments à l’unité à tous les patients
  • Mieux encadrer les suppléments d’honoraires dans les hôpitaux
  • Encourager le développement des thérapies innovantes
  • Un nombre suffisant de médecins
  • Une génération sans tabac
  • Mise en place d’un plan anti-drogue
  • Développement de la santé mobile
Meilleure transparence du prix des soins

Le patient doit avoir une meilleure lisibilité des factures et savoir ce qu’il paie. Le MR souhaite encourager chaque médecin à établir un devis pour les soins programmés. Le patient doit avoir une vision des tarifs et des coûts engendrés par les services et les soins.

Développer les postes médicaux de garde

Trop de patients ont le réflexe de se rendre directement aux urgences. Il est important de maintenir le contact avec la première ligne, notamment via l’accès aux postes de garde médicale. Il faut pour cela garantir une véritable disponibilité et une accessibilité physique et financière de ces lieux,  spécifiquement dans les zones rurales. Le MR souhaite le renforcement de la garde en semaine, ainsi qu’une garantie d’honoraire correct pour tous les médecins généralistes de garde, en particulier sur les territoires à faible densité de population. Nous souhaitons aussi  une standardisation des frais d’investissement et de fonctionnement afin de dépenser l’argent public de façon raisonnable.

Des médicaments moins chers

Le MR veut maintenir sous contrôle le budget des médicaments. C’est une condition indispensable au financement de l’ensemble du secteur des soins de santé. Nous voulons poursuivre une politique qui favorise la vente de médicaments génériques et hors brevet, plus intéressants financièrement pour le patient.  Le MR veut encourager la délivrance de médicaments moins chers également en milieu hospitalier. Pour atteindre cet objectif, nous poursuivrons la sensibilisation des médecins sur leur responsabilité dans la prescription des médicaments, et l’information des patients pour le bon usage des médicaments.

Mieux encadrer les suppléments d’honoraires dans les hôpitaux

Le MR souhaite encadrer et limiter les suppléments d’honoraires. Ces suppléments d’honoraires sont principalement un problème des hôpitaux bruxellois qui appliquent des suppléments jusqu’à 300%. Cette mesure vise à garantir l’accessibilité des soins, de renforcer la transparence des coûts et d’assurer le financement des hôpitaux.

Étendre la vente de médicaments à l’unité à tous les patients

Actuellement, un médicament acheté sur deux n’est pas consommé . 520 tonnes de pilules, de comprimés, de sirops, de pommades ont ainsi été envoyés au pilon en 2016. Le MR souhaite donc l’extension de la vente de médicaments à l’unité en pharmacie pour tous les patients. La tarification à l’unité des médicaments destinés aux résidents des maisons de repos mise en place en 2015 a en effet été positive pour les patients et pour la sécurité sociale.

Encourager le développement des thérapies innovantes

L’accès aux médicaments innovants a été une priorité du Gouvernement fédéral. Les traitements contre l’hépatite C ou le VIH, l’immunothérapie pour lutter contre le cancer sont donc plus accessibles. Des accords avec d’autres pays ont permis d’être plus fort dans les négociations avec les entreprises pharmaceutiques afin de réduire ces coûts. Le MR souhaite poursuivre les travaux de la plate-forme de concertation entre le Gouvernement et l’industrie pharmaceutique. C’est un lieu de rencontre qui permet le développement d’un modèle global entre les décideurs politiques, les représentants du secteur pharmaceutique et des grandes firmes pharmaceutiques actives en recherche et développement.

 

Une génération sans tabac

Notre ambition est de soutenir la mise en place de politiques visant à protéger les enfants et les adolescents des conséquences néfastes du tabac. Pour ce faire, nous voulons élargir l’interdiction de vente de tabac aux mineurs de moins de 18 ans, introduire les paquets neutres et diminuer la visibilité des produits du tabac en mettant fin à leur publicité dans les points de vente.

Mise en place d’un plan anti-drogues

Nous proposons de renforcer l’accompagnement psycho-social pour les personnes qui suivent un traitement de sevrage. Nous souhaitons également encadrer légalement les Nouveaux Produits de Synthèses. Nous mettrons l’accent sur la prévention, en privilégiant notamment à l’école l’acquisition de compétences liées à de saines habitudes de vie.

Un nombre suffisant de médecins

Le MR souhaite réaffirmer le rôle central du médecin généraliste, en assurant une formation de qualité via le maintien d’un filtre efficace à l’entrée des études ainsi qu’une augmentation du nombre de places de stage. Nous voulons diminuer drastiquement les contraintes administratives que subissent les médecins. La valorisation de la médecine générale et des
spécialités en pénurie doit également être poursuivie par les universités et par les hôpitaux. Nous continuerons à encourager les médecins généralistes à s’implanter dans les zones désertées via l’octroi de primes à l’installation. Nous voulons aussi impulser des mesures qui permettront aux médecins de mieux concilier leur vie professionnelle avec leur vie familiale.

Développement de la santé mobile

Tout en garantissant la protection de la vie privée, le MR souhaite mettre les nouvelles technologies au service de la santé. Nous proposons de développer une seule base de données incluant tous les produits de santé. Cet outil doit être au service du patient et lui permettre un accès personnel et sécurisé à ses données. Le MR veut accompagner le développement des applications de santé mobile, ce qui implique aussi une réflexion sur le remboursement du suivi médical réalisé par ce biais.

Découvrez l’entièreté de nos programmes

80
D’après une enquête du Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé, 80% de la population belge s’estime en bonne santé. Et les Belges sont satisfaits de leurs contacts avec le système de santé.
4000
Les prix de 4 000 médicaments ont diminué le 1er avril 2019. Cette baisse de prix concerne 1 377 anciens médicaments originaux et leurs variantes génériques. Cela concerne des antihypertenseurs, des médicaments contre l'asthme et contre les rhumatismes.

Bilan

Notre système de soins de santé figure à la 5ème place, parmi les meilleurs d’Europe en ce qui concerne l’accessibilité et les délais. Cette position dans le classement européen s’explique par les nombreuses mesures prises par ce gouvernement afin de réformer les soins de santé.

Parmi toutes ces mesures, il y a la mise en place du tiers-payant obligatoire, la simplification du ticket modérateur chez le spécialiste, la baisse du prix d’un millier de médicaments, la reconnaissance des professions de soins de santé mentale, la standardisation de la facture pour les services d’ambulance, la diminution du prix des implants. Ou encore l’extension de l’interdiction des suppléments d’honoraires aux patients hospitalisés en chambre commune ou à deux lits, y compris en hospitalisation de jour.

Nous avons renforcé le rôle du pharmacien en permettant aux patients atteints de maladie chronique de pouvoir désormais choisir un pharmacien de référence dans toutes les pharmacies de Belgique. Et nous avons introduit la « facture patient » qui permet davantage de transparence sur ce que les patients paient de leur propre poche et ce que l’assurance maladie rembourse.

Le Gouvernement fédéral a obligé les médecins à prescrire un quota de 60% de médicaments bon marché à qualité et efficacité égales, tels que les médicaments génériques.

Dernièrement, le Gouvernement fédéral a instauré une mesure qui témoigne à nouveau de l’intérêt porté au coût des soins de santé pour les citoyens. En effet, les suppléments à payer en pharmacie, le soir ou le week-end, pour une ordonnance médicale urgente, ne devront bientôt plus être réglés. En outre, la suppression des suppléments ne lèse pas les pharmaciens de garde qui recevront en échange une compensation de permanence.

Retour au programme