Bien-êtreÉconomie & Fiscalité

Sans réforme, les pensions deviendront impayables.

Par 15 janvier 2015 Pas de commentaire

Ce lundi 12 janvier, Daniel Bacquelaine accordait une interview à La Libre Belgique et la DH. Il est essentiellement revenu sur l’importante réforme des pensions décidée par le Gouvernement Michel.

Le Ministre des Pensions a d’abord souligné le caractère indispensable de cette réforme et s’est appuyé sur des chiffres clairs et précis : «L’espérance de vie est passée à 81 ans; on quitte le marché du travail à 59 alors que la moyenne de l’OCDE est de 63,5 ans; le taux d’emploi des 60-64 ans est de moins de 18 % en Belgique, pour une moyenne OCDE au-dessus de 40 %. Il va falloir travailler un peu plus longtemps. Le but, c’est qu’un quart de la population travaille au-delà de 65 ans. » Pour Daniel Bacquelaine, le principal enjeu de cette réforme est la pérennisation de notre système de pensions : « L’objectif reste de décaler l’ensemble des âges de pension vers le haut, sinon le système va devenir impayable. C’est notre responsabilité par rapport aux générations futures. Aujourd’hui le coût des pensions représente plus de 50 % de la sécurité sociale. Sans réforme, à combien va-t-on arriver ? Que fait-on des soins de santé ? » En outre, le Ministre MR a évoqué la mise en place du Comité National des Pensions qui devrait voir le jour dans les prochaines semaines : « C’est au sein du CNP que se fera la concertation sociale. Composé de représentants du gouvernement, des employeurs et des syndicats, ainsi que des Régions et Communautés et des pouvoirs locaux, le CNP va préciser les différents critères, les objectiver et les chiffrer par rapport à une échelle de pénibilité. En effet, dans le futur système de pension à points, le nombre de points sera influencé par la pénibilité. Au sein même d’une profession, il faudra d’ailleurs affiner : un policier qui travaille de nuit, ce n’est pas un policier qui fait du travail administratif. » Daniel Bacquelaine a également indiqué sa volonté de voir les syndicats œuvrer à la réussite de cette réforme : « Si les syndicats jouent réellement leur rôle et défendent l’intérêt de leurs affiliés, ils ont intérêt à travailler à la réussite d’une réforme. Sinon leurs affiliés seront pénalisés. Mais je suis un optimiste de nature. Je ne doute pas que chacun va finalement comprendre la nécessité d’une réforme telle que celle-là. » Enfin, actualité oblige, le Ministre des Pensions a rappelé l’importance de la liberté d’expression au sein de toute société démocratique digne de ce nom : « Il faudrait un engagement total de tous les cultes, de toutes les autorités morales, en faveur du droit à l’expression. Les cultes devraient accepter une fois pour toutes que la liberté d’expression s’adresse aussi à leur propre conviction. »