Le Gouvernement fédéral a pris connaissance des intentions du Groupe Mestdagh de diminuer l’emploi et d’activer la phase 1 du Plan « Renault » tout en décidant de ne fermer aucun magasin.

Le Premier ministre Charles Michel et le Ministre de l’Economie, Kris Peeters expriment tout leur soutien aux travailleurs et leurs familles qui entament une période d’incertitude quant à leur emploi.

Des contacts sont en cours avec la direction du Groupe Mestdagh et avec les syndicats.

« L’employeur devra assumer ses responsabilités, notamment en matière l’accompagnement des travailleurs licenciés et mette tout en œuvre pour limiter le nombre de licenciements. Comme nous l’avons fait pour Caterpillar, ING et Carrefour, le Gouvernement s’est engagé à suivre la situation au plus près et à soutenir l’ensemble des travailleurs potentiellement concernés, notamment en mettant l’expertise du SPF Emploi au service des représentants des travailleurs », déclare Charles Michel.

Le Vice-premier ministre et Ministre de l’Emploi et de l’Economie, Kris Peeters suit également la situation de près. En étroite collaboration avec le Premier ministre, il a pris contact avec les syndicats. Il souhaite que la procédure Renault puisse démarrer dans les plus brefs délais au sein de l’entreprise. « Dans le cas d’une telle restructuration, la phase initiale est primordiale. L’expérience démontre qu’une concertation avec les syndicats permet  dans de nombreux cas de trouver des alternatives et de sauver des emplois. L’Emploi est la priorité.» Le vice-Premier ministre et Ministre de l’Emploi et de l’Economie veillera à ce qu’il y ait une analyse approfondie sur les alternatives aux  licenciements secs.

Le Gouvernement fédéral est totalement mobilisé pour soutenir les travailleurs  concernés par l’annonce du Groupe Mestdgah. Il étudiera avec les régions toutes les pistes légales et envisageables en vue de leur amener le meilleur accompagnement possible dans ces moments très difficiles.