Olivier Chastel a entendu avec stupéfaction les propos tenus par le président du tribunal de première instance de Bruxelles. Luc Hennart était l’invité de l’émission de la RTBF « Jeudi en Prime ». Il a notamment parlé de la régionalisation de la justice.

« Luc Hennart s’exprime régulièrement pour dire tout le mal qu’il pense de la politique de Charles Michel ».  » Mais hier, il nous a appris qu’il assumait sa proximité avec le Parti Socialiste et qu’il plaidait par ailleurs pour une régionalisation de la justice. Suite à ces déclarations, le MR se pose plusieurs questions » explique Olivier Chastel.

L’impartialité du magistrat, c’est-à-dire sa neutralité, est une exigence fondamentale de la régularité d’un procès. Chaque partie doit avoir la certitude que le juge n’a ni parti pris ni intérêt personnel. Sans garantie d’impartialité, il ne peut pas y avoir de confiance. « Maintenant que Luc Hennart affiche publiquement sa proximité avec un parti politique, cette impartialité n’est plus assurée. Ne devrait-il pas assumer jusqu’au bout son positionnement politique ? Et donc s’engager officiellement aux côtés de la famille politique dont il se sent si proche ? », se demande Olivier Chastel.

Instrumentalisation de son rôle ?

A la question de savoir s’il pourrait un jour être candidat sur une liste socialiste, Luc Hennart répond « A ce stade-ci, non », indiquant qu’il ne ferme pas la porte. N’est-ce pas préoccupant de le voir instrumentaliser ainsi son rôle de président de tribunal ? Tout cela pour exister dans les médias et se construire une notoriété qui pourrait peut-être lui servir dans un futur engagement électoral ?

Luc Hennart a également déclaré que, pour lui, la régionalisation de la justice n’était plus un sujet tabou. Il y est favorable, convaincu que chaque région a ses spécificités en matière de justice. Le MR rappelle que la priorité de cette législature est le socio-économique. L’institutionnel a été mis de côté.   » Luc Hennart plaide-t-il pour une régionalisation de la justice afin que cette compétence soit entre les mains des gouvernements régionaux qui lui sont plus proches politiquement que le gouvernement fédéral ?« , se demande Olivier Chastel qui interpelle également le Parti Socialiste : « Luc Hennart s’exprime-t-il au nom du PS en plaidant pour cette régionalisation de la justice ? ».

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir