Bonne gouvernanceÉconomie & Fiscalité

Région Bruxelloise : Bilan d’une année de législature

Par 9 juin 2015 Pas de commentaire

Le MR fait l’état des lieux et délivre ses propositions pour une région bruxelloise riche, dynamique et fluide

Le Chef de Groupe MR du Parlement de la Région bruxelloise, Vincent De Wolf, ainsi que le Chef de groupe MR de la COCOF, Gaëtan Van Goidsenhoven et les autres députés du groupe MR du Parlement de la Région bruxelloise ont fait l’état des lieux après une année de législature et délivré leurs propositions.

Après un séminaire de travail à Bruges le week-end dernier pendant lequel chaque membre du groupe MR du Parlement bruxellois s’est exprimé et a renforcé son positionnement par rapport à des compétences spécifiques, Vincent de Wolf et Gaëtan Van Goidsenhoven ont formulé le souhait d’avancer des propositions concrètes se basant sur deux axes majeurs : la capacité de Bruxelles à être un acteur de la bonne implémentation de la 6e Réforme de l’Etat et d’être un acteur permettant de mettre en oeuvre les décisions du gouvernement fédéral en faveur des Bruxellois ainsi que de lutter contre l’exode urbain toujours trop important des classes moyennes.

Le groupe MR a soulevé le chiffre avancé dans la presse ce jour par le gouvernement bruxellois. Il fait état de l’avancement de 74% de ses chantiers en indiquant que tous faisaient l’objet d’étude. Pour le Chef de groupe : « ces chantiers sont connus depuis 10 ans, il est temps de passer au delà des études. Ce n’est pas sérieux ».

Le groupe MR se positionne dans les quatre domaines suivants pour ses propositions:

 

  • Le logement :

Entre autres, la proposition est d’inverser le paradigme existant aujourd’hui entre logement social et logement moyen. Il faut donner plus de moyens budgétaires pour les logements moyens afin de garder les classes moyennes dans la région bruxelloise. Pour les logements sociaux, il s’agit dans le même temps de dégager un budget significatif. Celui-ci permettrait d’instaurer dans l’immédiat une allocation loyer contrôlée au moyen d’un contrat entre le propriétaire, le locataire et la région qui serait octroyée à plusieurs milliers de Bruxellois.

  • L’aspect « image de Bruxelles » :

Faire de Bruxelles une ville culturelle. Gaëtan Van Goidsenhoven l’a d’ailleurs souligné. Il faut une politique culturelle plus structurée, la création d’un interlocuteur unique et le développement de partenariats publics-privés ; faire de Bruxelles la capitale européenne qu’elle est déjà mais en renforçant ses atouts. Armand De Decker propose une liaison structurée et régulière avec les acteurs des hautes autorités des institutions européennes; faire de Bruxelles une capitale de l’innovation, comme le rappelle Jacques Brotchi. Cela en orientant ses choix stratégiques sur les universités et sur « l’open data » (étude Agora apporterait un bénéfice à la région bruxelloise de 180 millions d’euros et créerait 1500 emplois).

  • Le volet économie/emploi :

Avec une « réindustrialisation” de la région bruxelloises. Mais cela doit être au sens des métiers de l’artisanat à haute valeur ajoutée. Par exemple, le développement de la formation en alternance sur le modèle allemand. Et enfin, le redéploiement et la diversification des commerces qui passera par une concertation entre les différents acteurs concernés. Notons les régies foncières régionale et communale, l’agence Atrium et Citydev. Le but est de déterminer les commerces et les lieux à privilégier.

Vincent De Wolf a enfin insisté sur la décision du groupe MR. En effet,  il faut « sortir des murs et rencontrer davantage les acteurs de terrain. Cela dans le but de ramener les débats concrets au Parlement et de confronter le gouvernement à ses idées ».