En 2017, les 28 Etats membres de l’Union Européenne ont accordé la protection à 538 000 demandeurs d’asile. Et la Belgique ?

Un pays accueillant pour les réfugiés

La Belgique est un pays accueillant. Notre pays apparaît en effet à la 7e place du classement européen des pays les plus accueillants, proportionnellement à leur nombre d’habitants. Il n’y a donc que 6 pays qui ont accordé plus de statuts de réfugiés que nous.

Pour rappel, tous les migrants qui arrivent en Belgique ne sont pas des réfugiés. Chaque demande fait l’objet d’un examen individuel. Les migrants doivent d’abord introduire une demande d’asile. Cela leur permet d’être logé pendant la période d’examen de leur dossier.  Si la demande d’asile est acceptée, la personne obtient un statut de réfugié. Elle peut vivre dans notre pays pendant 5 ans. Elle doit se trouver un logement, travailler et suivre un parcours d’intégration pour apprendre notre langue et notre culture. Le réfugié a les mêmes droits que les Belges et peut bénéficier du Revenu d’Intégration Sociale. Après 5 ans, son statut est réévalué. Ceux qui n’obtiennent pas le statut de réfugié doivent quitter la Belgique. Ce retour vers le pays d’origine peut être volontaire ou forcé.

Seulement 6 pays font mieux que la Belgique

Selon Eurostat, la Belgique a accordé le statut de réfugié à 1135 demandeurs d’asile par million d’habitants. Plus de 10 000 personnes ont donc obtenu le statut de réfugié dans notre pays. Proportionnellement à notre population, c’est deux fois plus que la France ou l’Italie, plus de deux fois plus que la Hollande, trois fois plus que le Danemark et 5 fois plus que le Royaume-Uni. D’autres chiffres encore : notre pays a accordé 11 fois plus de statut de réfugié proportionnellement à sa population que l’Espagne, et 20 à 30 fois plus que le Portugal ou la Croatie.

Les pays qui font mieux que la Belgique sont l’Allemagne et l’Autriche (4000 réfugiés par million d’habitants), la Suède, le Luxembourg, Malte ou Chypre. Ces derniers pays accueillent moins de réfugiés que nous, mais proportionnellement à leur population, ils nous dépassent.

52% des demandes étudiées en 2017 ont débouché sur une reconnaissance du statut de réfugié. Un peu plus d’un demandeur d’asile sur deux a donc reçu l’autorisation de s’installer chez nous. C’est la même chose en Allemagne, mais en Espagne, le taux de reconnaissance n’est que de 35%. Il est de 29% en France.

Une politique humaine mais ferme

Signalons encore que la Belgique a réinstallé 1310 réfugiés. Il s’agit ici d’une volonté européenne. La réinstallation consiste à sélectionner et transférer des réfugiés depuis le premier pays où ils ont trouvé refuge. Ce sont principalement des syriens qui sont arrivés chez nous dans ce cadre. Ils avaient d’abord trouvé refuge en Turquie, au Liban, en Syrie ou en Irak.

Pour le MR, la politique migratoire doit être humaine avec ceux qui en ont besoin : la Belgique est un pays ouvert sur le monde et respectueux du bien-être de ses habitants. Mais notre politique migratoire doit aussi être ferme avec ceux qui en abusent. La Belgique est une terre d’asile mais aussi un Etat de droit.  Stop au laxisme ! Maintenant, notre pays contrôle les regroupements familiaux, lutte contre les mariages et les cohabitations de complaisance et demande des preuves d’intégration avant de prolonger un titre de séjour.  Quant aux délinquants illégaux, ils sont systématiquement expulsés, ce qui fait baisser la population carcérale et met un terme au sentiment d’impunité. D’une manière globale : plus de 10.000 personnes sont expulsées de notre pays chaque année.

 

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir