Le programme local du MR pour

L'enseignement et la petite enfance

L’enseignement est l’un des socles fondamentaux de notre démocratie, sans lequel toute forme de développement, qu’il soit scientifique, économique, personnel ou culturel est impossible. Sans un enseignement de qualité, nul progrès n’est possible. Nulle réforme ne peut être envisagée, expliquée, approuvée ni comprise.

L’enseignement doit rester une matière prioritaire pour les communes et les provinces. En effet, outre le caractère essentiel lié à l’apprentissage, les écoles communales sont également un vecteur d’intégration sociale en participant à la vie collective de tout un quartier, tout un village et/ou toute une ville. Il s’agit aussi de soutenir les écoles rurales en modifiant les critères de rationalisation afin de laisser ouverte une école où il ne manquerait que quelques élèves.

Le MR promeut l’excellence, tant intellectuelle que technique. Les jeunes doivent acquérir les compétences qui leur permettront de s’adapter à un milieu de travail et à un environnement social en perpétuelle évolution.

Nos propositions

Réduction des frais scolaires

L’école doit rester accessible pour toutes les familles.

Proposition 1 : Une réduction des frais scolaires

Le MR propose de créer et de généraliser un fonds pour les fournitures scolaires à destination des élèves de tous les réseaux financés par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans la limite des budgets disponibles, la commune pourrait décider de l’affecter, soit pour offrir un premier équipement à tous les élèves de 1ère année, soit pour aider prioritairement les élèves plus défavorisés.

Augmentation des places d'accueil de la petite enfance

En matière d’accueil de la petite enfance, la capacité d’accueil en Fédération Wallonie-Bruxelles correspondait en 2015 à un taux de couverture de plus ou moins 44%. En d’autres termes, moins d’un enfant sur deux peut être gardé dans une structure autorisée. Cette situation s’aggrave au vu du boom démographique que connaissent certaines régions et, particulièrement, Bruxelles. Par conséquent, les communes et les provinces doivent faire preuve d’inventivité pour offrir suffisamment de places d’accueil à leurs concitoyens, tout en préservant un accueil de qualité.

Proposition 2 : Plus de place d’accueil pour les enfants en bas âge

Le MR souhaite améliorer l’accueil de la petite enfance en augmentant le nombre de places y compris pour des enfants porteurs d’un handicap, en soutenant la diversification des milieux d’accueil de type collectif ou familial de manière à mieux répondre aux besoins et aux horaires de chacun (gardes de nuit, accueils ponctuels, besoins particuliers des familles monoparentales ou nombreuses, etc.) dans le respect du libre choix des parents.

 Proposition 3 : Faciliter la création de milieux d’accueil pour les enfants en bas âge et organiser des services de baby-sitting dans les communes

Le MR veut faciliter la création de milieux d’accueil dans nos communes en mettant à disposition (moyennant une éventuelle location ou frais de restauration) des locaux inoccupés dans des écoles ou autres bâtiments publics voire dans des maisons pour aînés afin de renforcer le lien intergénérationnel. Il s’agit aussi d’ organiser et encadrer des services de baby-sitting dans les communes.

Proposition 4 : Pour la création de places d’accueil en crèche dans les entreprises

Le MR veut susciter la collaboration des entreprises et/ou le partenariat avec les communes, les provinces et leurs intercommunales, pour la création de places d’accueil, en rappelant en outre les possibilités de déductions fiscales en vigueur depuis le 1er janvier 2003 que le MR a contribué à mettre en place pour le financement de crèches d’entreprises.

Proposition 5 : L’obligation scolaire dès l’âge de 3 ans

Le MR soutient l’abaissement de l’âge de l’obligation scolaire à 3 ans dans le but de favoriser le développement de l’enfant et améliorer les connaissances de la langue d’enseignement.

Le MR souhaite aussi soutenir l’engagement supplémentaire d’accueillantes conventionnées par l’ONE et la mise en place du Co-accueil, ainsi que promouvoir l’accueil non-subventionné par le biais de primes ciblées et de plus de souplesse tout en préservant les critères de qualité élevés de l’ONE.

Un enseignement adapté au marché de l'emploi

L’enseignement est un socle inconditionnel de la démocratie : il fonde toute forme de développement, qu’il soit scientifique, social, économique, technique ou culturel. Sans un enseignement de qualité, nul progrès n’est possible, nulle réforme ne peut être envisagée, expliquée, approuvée ni comprise. Le libéralisme engagé propose l’effort, l’étude, et le mérite pour tous, dans un climat de respect et de bienveillance.

Proposition 6 : Une formation adaptée au marché du travail

À favoriser la spécialisation, par catégorie d’enseignement, des différents réseaux de l’enseignement officiel fondamental afin d’optimaliser leur organisation et de privilégier les synergies et la qualité de la formation.

Proposition 7 : Développer les activités parascolaires et extrascolaires des enfants

Le MR souhaite développer l’accueil extrascolaire, notamment par la mise en place de collaborations fortes ainsi que de synergies entre l’école et un ensemble d’acteurs qui contribuent au développement du jeune : les bibliothèques (pour développer l’envie de lire dès le plus jeune âge), les musées et les académies de musique (pour ouvrir l’enfant aux arts et développer son sens artistique), les infrastructures des centres et les clubs sportifs (pour compléter les 2 heures de gymnastique à l’école, le tissu économique local (PME, industries, etc.), pour éveiller le jeune aux différents métiers, et faire de son orientation une démarche positive et volontaire), les écoles de devoirs (qui travailleront de concert avec l’école dans le renforcement des apprentissages).

Le MR souhaite développer les activités parascolaires et extrascolaires des enfants (accueil temps libre) en renforçant l’attractivité et la qualité (centres de vacances et écoles de devoirs compris) ainsi qu’en garantissant une formation adéquate et l’assurance d’un projet pédagogique autour des activités organisées (sportives, culturelles, éducatives, etc.).

Proposition 8 : Un enseignement qualifiant adapté au marché de l’emploi

L’enseignement qualifiant, souvent géré par les provinces, est globalement une belle réussite que la réforme des provinces devra pérenniser, en optimalisant l’adéquation entre ce dernier et la réalité économique et le marché de l’emploi, notamment par le développement de stages et de formations en alternance afin de rencontrer les besoins et d’assurer un avenir professionnel aux élèves.

Un enseignement de qualité

Un enseignement de qualité repose d’abord sur les compétences (savoir, savoir-faire et savoir être), la motivation des élèves et la conscience professionnelle des enseignants.

Proposition 9 : Une meilleure reconnaissance du métier d’enseignant

Les professeurs sont le vecteur du transfert de connaissance et contribuent à façonner les citoyens de demain, en développant les notions de compréhension, d’expression, de dialogue et de libre arbitre. Leur rôle doit être mieux reconnu et soutenu par tous.

Proposition 10 : Investir dans le matériel information et numérique pour les écoles

Le MR veut  soutenir les investissements dans le matériel informatique et numérique. L’investissement dans le numérique doit également intégrer la formation continuée des enseignants.

Proposition 11 : Pour plus d’associations de parents

Le MR souhaite encourager la création d’associations de parents, acteurs essentiels dans la vie associative de l’école.

La maîtrise des fondamentaux

En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’enseignement est doté d’un budget annuel de plus de 7 milliards € faisant de notre enseignement l’un des mieux financés de l’OCDE et même du monde, au regard du PIB.

Malgré cela, les enquêtes PISA démontrent, publications après publications, les mauvais résultats des élèves francophones, classés sous la moyenne européenne en sciences, mathématiques et français.

La raison principale de cette tendance est l’absence de maîtrise des fondamentaux par de plus en plus d’élèves : lire, écrire et compter. Or, ce sont ces bases qui conditionnent toute la suite du parcours du jeune : cursus scolaire, d’abord, et vie professionnelle et sociale, ensuite. C’est donc sur ces fondamentaux que doivent porter tous les efforts.

Proposition 12 : Un meilleure apprentissage du français dès le plus jeune âge

La première mission de l’école porte sur l’apprentissage et la maîtrise de la langue de l’enseignement, à savoir le français, qui est la base d’une socialité heureuse et diversifiée, que renforcera bien entendu la connaissance de plusieurs langues. Cet apprentissage de la langue est un élément prioritaire des parcours d’intégration pour les nouveaux arrivants.

Proposition 13 : Mettre l’accent sur la maîtrise des fondamentaux

Le MR veut mettre l’accent sur la maîtrise des fondamentaux dans les écoles communales fondamentales afin : d’assurer un excellent niveau de français et maitriser ainsi sa langue maternelle, d’apprendre à tous les élèves à lire, à écrire et à compter, de détecter plus rapidement les élèves présentant certains troubles de l’apprentissage (dyslexie, dyscalculie, etc.) ou certaines caractéristiques (haut potentiel) et d’en avertir leurs parents.

Proposition 14 : Une éducation aux médias et à la technologie dans les écoles

Le MR souhaite intégrer et d’utiliser les nouvelles technologies en classe et en complément du travail fait en classe en développant l’éducation aux médias et à l’utilisation responsable des nouvelles technologies.

Pour l'égalité des chances

C’est à l’école que doit être mis en œuvre le principe d’égalité des chances. Le rôle des enseignants, des éducateurs, en collaboration avec les parents, est essentiel afin, dès le plus jeune âge, de repérer les difficultés d’apprentissage et d’utiliser les moyens de l’école pour y apporter la réponse adéquate. L’école doit redevenir cet escalier social permettant à chacun, peu importe son origine socio-culturelle de s’épanouir, de se dépasser et de créer sa place dans la société. Une école de qualité, exigeante, en est la meilleure garante.

Proposition 15 : Pour une mixité sociale et culturelle dans les écoles

Le MR met en avant la qualité de l’enseignement et de la formation, outils d’une véritable égalité des chances. Une mixité sociale et culturelle réussie est l’aboutissement d’un enseignement de qualité dans toutes les écoles. Elle ne se décrète pas.

Proposition 16 : Une initiation aux langues et une ouverture aux autres cultures dès la 3ième maternelle

Le MR souhaite développer l’initiation aux langues dès la 3ème maternelle et l’ouverture aux autres cultures, notamment par la pédagogie immersive et, le cas échant, en utilisant sa proximité géographique ou les contacts nés de jumelages avec des communes de langue étrangère ainsi qu’en facilitant les échanges entre enseignants par-delà la frontière linguistique. Favoriser l’apprentissage du néerlandais comme vecteur d’intégration culturelle et à l’emploi est fondamental.

Proposition 17 : Donner les moyens nécessaires aux écoles pour l’intégration des enfants aux besoins spécifiques

Le MR souhaite l’intégration, dans la mesure du possible, des enfants à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire avec les moyens nécessaires pour répondre à cet objectif.

Répondre aux besoins d’infrastructures

Bruxelles ressent pleinement les effets d’un boom démographique sans précédent. Il devient urgent de savoir dans quelles conditions et avec quels professeurs seront scolarisés les 24.000 élèves supplémentaires qui rejoindront les bancs de l’école fondamentale d’ici à 2020.

Proposition 18 : La possibilité à des propriétaires privés de louer aux communes leur immeuble pour des petites extensions d’écoles existantes

Le MR propose notamment de répondre rapidement et localement au problème en permettant à des propriétaires privés de louer aux communes des immeubles leur appartenant et qui pourraient convenir pour de petites extensions d’écoles existantes. Cette formule de type « Agence Immobilière Sociale scolaire » sera encouragée et développée partout où elle est possible. En outre, il est important d’être innovant dans ce domaine en soutenant tous types de projets permettant l’agrandissement ou la construction d’écoles.

Proposition 19 : Une mutualisation des infrastructures communales

Le MR souhaite mettre en place un principe de mutualisation des infrastructures de la commune qui bénéficieraient aux élèves de manière générale (infrastructures sportives, culturelles, etc.).

Proposition 20 : Des pouvoirs organisateurs pour la création de nouvelles écoles

Le MR veut soutenir, comme cela est déjà le cas dans certaines communes bruxelloises, des pouvoirs organisateurs innovants regroupant différents acteurs visant à la création de nouvelles écoles.

Des écoles plus sûres

Le MR tient à ce que les abords des écoles soient sécurisés et accessibles et à ce que les bâtiments scolaires soient sûrs, entretenus et accueillants.

Proposition 21 : Une sécurisation des abords des écoles de nos enfants

Il faut également soutenir des aménagements favorisant la mobilité douce vers les établissements (zones 30km/h « intelligentes », présence de gardiens de la paix devant les écoles, aménagements urbains, KISS & GO, parkings à vélos, etc.).

Proposition 22 : Une alimentation saine et de qualité dans les écoles

Les Libéraux souhaitent que les cantines scolaires offrent une alimentation de qualité, à prix étudié en portant une attention particulière aux circuits courts et/ou bio.

Lutte contre la pauvreté infantile

La vocation de la démocratie libérale est de lutter contre la pauvreté : là où il y a pauvreté, aucune liberté n’est réelle. La lutte contre la pauvreté trouve sa place dans un combat plus large contre les inégalités qui doit débuter dès l’école.

Proposition 23 : Une meilleure coordination des acteurs de terrain pour lutter contre la pauvreté infantile dans le milieu scolaire

Le MR veut lutter contre la pauvreté infantile en identifiant au plus vite les risques de pauvreté et d’exclusion sociale en milieu préscolaire et scolaire en coordonnant au maximum les acteurs et intervenants.

Proposition 24 : Une halte d’accueil dans les CPAS pour la réinsertion rapide des parents

Au niveau des CPAS, le MR propose de créer une halte accueil spécifique visant à accompagner la parentalité et la réinsertion socioprofessionnelle des bénéficiaires avec enfants, d’abord prioritairement en bas âge.

Télécharger le programme local