Le programme local du MR pour

le vivre ensemble

Si la diversité culturelle constitue avant tout une chance pour tous, elle se doit d’être accompagnée par les pouvoirs publics sur le chemin d’un « vivre ensemble » respectueux de tous et de chacun. Ce « vivre ensemble » n’est possible que s’il parvient à rassembler les citoyens autour de valeurs communes respectées par tous. De par sa proximité avec les citoyens, la commune est le lieu essentiel pour créer les conditions de vie indispensables à une meilleure entente entre tous les habitants.

Chaque personne a des droits et des devoirs, chaque personne a ses convictions et un parcours de vie qui lui est propre mais tous doivent se retrouver et partager un patrimoine commun de valeurs fondamentales à l’instar du droit à l’autodétermination, de la liberté de conscience, de la démocratie, de croire ou de ne pas croire, de l’égalité de l’homme et de la femme ou encore la séparation des Eglises et de l’Etat et la primauté de la loi civile sur la loi religieuse. Sans ce socle de valeurs communes, non seulement aucune vie en société n’est possible mais surtout, chaque individu vivrait séparé des autres, campant sur ses propres référentiels culturels ou religieux qui constitueraient ses uniques « normes » de vie. Nous œuvrons pour une société où le « vivre ensemble » n’est pas qu’un simple slogan ânonné mais une réalité concrète de chaque instant.

Ces dernières années, le « vivre ensemble » est devenu, à juste titre, une priorité des pouvoirs publics, indépendamment de la taille de la commune ou de son histoire migratoire. Les questions liées au « vivre ensemble » et à l’intégration sont au cœur du projet libéral depuis de très nombreuses années. Le MR se bat depuis 2004 pour la mise en place d’un parcours d’intégration obligatoire pour tous les primo-arrivants venant légalement s’installer en Belgique mais aussi en faveur de la neutralité de l’Etat et de la mise en place d’un cours de citoyenneté et d’histoire de philosophie dans l’enseignement officiel qui a enfin, timidement, vu le jour. Ce sont des revendications de longue date du MR qui permettent de développer une société interculturelle. Parce que créer le lien social ne s’improvise pas. 

Nos propositions

Promouvoir l'égalité des chances et lutter contre les discriminations

L’égalité des chances, tout comme l’égalité entre les femmes et les hommes, n’est pas encore pleinement effective. De manière générale, l’égalité des chances pour les personnes d’origine étrangère ou les LGBTQI progresse dans notre pays mais pas suffisamment et pas assez vite. En tant que libéraux, nous devons continuer de lutter contre toute forme de discrimination et promouvoir l’égalité entre tous les citoyens.

Proposition 1 : Renforcer l’égalité des chances dans les communes

Le MR veut encourager les communes à sensibiliser leurs agents aux enjeux du « gendermainstreaming » afin de faciliter la mise en place de politique égalitaire dans les communes et de veiller au respect de l’égalité de sexe et de genre dans toutes les politiques menées par la commune.

Il souhaite aussi favoriser la mise en place d’un plan d’action pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans chaque commune afin d’introduire une réflexion genrée dans la gestion communale par une approche transversale dans chaque commune.

Il faut aussi sensibiliser les officiers d’Etat civils aux risques de mutilations génitales dans le cadre de la délivrance d’autorisation parentale lors de séjour à l’étranger.

Il s’agit aussi de favoriser les jumelages entre nos communes et celles des pays de l’Union européenne, principalement avec les pays limitrophes.

Proposition 2 : Renforcer la vigilance face aux prédicateurs de haine

Le MR souhaite aussi renforcer la vigilance face aux prédicateurs de haine et aux lieux de culte diffusant des idées radicales en appliquant la loi visant à fermer les établissements suspectés d’abriter des activités terroristes.

Pour la neutralité de l'Etat

Le MR veut lutter contre le communautarisme qui empoisonne nos sociétés et nos communes.

Proposition 3 : Pour la neutralité de l’Etat et l’impartialité de son action

Les Libéraux veulent promouvoir la neutralité de l’Etat et l’impartialité de son action au sein des pouvoirs publics et de l’administration et promouvoir le socle commun des valeurs fondamentales de nos démocraties.

Il faut moderniser et rationaliser le fonctionnement des fabriques d’églises, notamment en encourageant la fusion volontaire de celles-ci et la mise en place de plans pluriannuels des travaux à réaliser.

Il est nécessaire d’interdire le port des signes convictionnels ostentatoires dans les services publics, dans l‘administration et dans les écoles communales et provinciales.

Pour le MR, il faut refuser les accommodements raisonnables qui ne servent qu’à segmenter la société au lieu de la réconcilier (horaires différenciés dans les piscines publiques, la non-mixité, etc.).

Pour un parcours d'intégration

Prendre des mesures pour pérenniser une société basée sur le socle commun des valeurs et permettre à chacun de trouver sa place dans la société ou dans sa commune sont des éléments essentiels pour le MR.

Proposition 4 : Pour la mise en place de parcours d’intégration, de cours d’alphabétisation et d’apprentissage de la langue pour les primo-arrivants

Les Libéraux souhaitent aider à la mise en place de parcours d’intégration, de cours d’alphabétisation et d’apprentissage de la langue afin de faciliter l’intégration et l’émancipation des primo-arrivants dans les communes, ainsi que de créer une cérémonie d’accueil des nouveaux arrivants et des nouveaux Belges.

Il s’agit aussi de favoriser et encourager les festivités, les événements culturels, les lieux de rencontre et les initiatives participatives, notamment des comités de quartier, qui permettent un échange culturel et une réelle rencontre avec les autres cultures.

Assurer la qualité de vie des seniors

Le MR se montre particulièrement vigilant au maintien de la qualité de vie de nos seniors. Leurs droits doivent être basés sur des principes clairs comme l’indépendance, la dignité et l’épanouissement personnel.

Proposition 5 : Encourager et développer les liens sociaux que ce soit par le travail ou le bénévolat pour ceux et celles qui le souhaitent

Il faut davantage permettre aux seniors qui le peuvent de pouvoir résider le plus longtemps possible dans leur logement, de favoriser leur autonomie et de développer le lien intergénérationnel. Les seniors font partie intégrante de notre société et de la vie quotidienne des communes dans toutes ses dimensions.

Il faut veiller au bien-être physique et mental des personnes dépendantes en leur facilitant l’accès aux soins et leur maintien à domicile pour ceux qui le peuvent et le souhaitent (aides familiales, repas à domiciles, etc.).

Le MR souhaite soutenir les associations qui accompagnent les seniors que ce soit chez eux ou dans les homes par divers moyens (activités culturelles, aide dans les achats, lecture, etc.).

Le sentiment d’être un « senior » peut fortement varier d’une personne à l’autre. C’est pourquoi la société doit veiller à leur inclusion quel que soit leur âge, leur condition physique et médicale ainsi que leur caractère actif ou non.

Le MR souhaite favoriser toutes les formes d’activités intergénérationnelles : logement, culture, éducation ; ainsi que promouvoir l’événement « journée des seniors »afin de leur présenter les activités et initiatives mises à leur disposition au quotidien, les associations locales et les commerçants.

Les Libéraux veulent promouvoir l’adhésion des communes au programme de l’OMS visant à favoriser la vie des seniors dans la commune qui touche différents sujets comme l’habitat, le transport, l’inclusion et la participation sociale, le soutien communautaire ou encore la santé. A cette fin, une personne référente au sein de la commune peut être désignée pour coordonner les projets, rédiger une politique des seniors et un plan d’action, analyser les besoins et évaluer les politiques prises sur le long terme.

Proposition 6 : Des services de télé-vigilance pour le bien-être des seniors

Le MR souhaite développer les services de télé-vigilance qui permettent de signaler un problème, un risque pour la sécurité ou d’appeler à l’aide par exemple en cas de chute.

Proposition 7 : Des logements adaptés aux seniors

Il serait judicieux de créer des « Maisons des Seniors » afin de mettre un environnement social et convivial à disposition des activités des seniors tout en garantissant un nombre de places suffisantes en maisons de repos et de soins. Il est aussi nécessaire de favoriser les habitats alternatifs et intergénérationnels.

Proposition 8 : Une mobilité adaptée aux seniors

Il importe d’encourager la mobilité et l’accès aux administrations. Pour les personnes dépendantes, il faut veiller à leur inclusion dans la société et notamment leur réappropriation de l’espace public. Il convient aussi de valoriser l’expérience dont ils peuvent faire bénéficier la collectivité et de leur permettre de participer davantage aux activités de la commune.

Le MR souhaite généraliser l’accès des taxis seniors dès 65 ans et accroître les services et missions pouvant être remplis par les taxis seniors ou sociaux. Il aussi important de rendre l’utilisation des transports publics plus aisée en termes d’accès.

Un service spécifique dans les administrations communales et/ou provinciales permettrait de faciliter leurs démarches pour l’obtention de prestations telles que l’aide familiale, les soins à domicile, les services repas, les services d’assistance à distance, les chèques taxis, etc. Le stress de la vie humaine, l’insécurité, la circulation accrue et l’existence ou non d’aménagements adaptés, conjugués à une éventuelle altération de certaines facultés physiques, conditionnent fortement les choix de déplacement des personnes âgées.

Soutenir les organisations de jeunesse

Les organisations de jeunesse, tout comme les maisons de jeunes, ont un rôle primordial à jouer dans le développement du jeune, que ce soit au niveau de l’épanouissement personnel, du travail pédagogique qu’elles effectuent ou de la formation des jeunes en vue de les accompagner pour devenir des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires (CRACS). La Fédération Wallonie-Bruxelles et les communes participent au subventionnement des organisations et des mouvements de jeunesse de manière directe ou indirecte. Financièrement les pouvoirs publics doivent poursuivre le soutien aux activités des organisations de jeunesse dans une logique de solidarité qui tient compte des réalités de toutes les associations ainsi que de leur volume d’activités. Le jeune doit se retrouver au centre de cette politique en le responsabilisant et en lui faisant jouer un rôle d’acteur de première ligne. La jeunesse doit devenir le moteur des politiques qui la concerne.

Proposition 7 : Aider les organisations de jeunesses à trouver des locaux

Le MR soutient la rénovation et la sécurisation des infrastructuresutilisées par les organisations de jeunesse sur la commune. Il souhaite mettre à disposition de la jeunesse (organisée ou non) des infrastructures, notamment des locaux et favoriser le développement de clubs de jeunes.

Il faut aussi favoriser les partenariats entre les bâtiments publics et le monde de la culture et les organisations de jeunesse afin de mettre à disposition des locaux, en période de vacances scolaires ou pendant les week-ends.

Proposition 8 : Donner la parole aux jeunes dans chaque commune

Les Libéraux défendent, dans chaque commune, l’instauration d’un conseil consultatif de la jeunesse, où tout jeune, même ne faisant pas partie d’une organisation ou d’un mouvement de jeunesse, pourra s’exprimer. Il faut aussi créer un un conseil communal des enfants.

Proposition 9 : Un service citoyen sur base volontaire pour les jeunes

Le MR encourage les jeunes à entamer un service citoyen sur base volontaire. À l’instar de ce qui se fait déjà en matière de bénévolat et de volontariat, nous encourageons les communes et les CPAS à proposer aux jeunes âgés entre 18 et 25 ans de s’investir durant plusieurs mois au service du bien commun via des projets d’utilité collective (exemples : dans des secteurs de l’aide aux personnes, de l’environnement, de l’éducation (écoles de devoirs, animations d’enfants…) ou de l’accès à la culture).

Le MR souhaite développer sur base volontaire une offre de stages pour les jeunes à partir de 18 ans qui veulent s’investir dans les projets pour la collectivité (administrations, CPAS, écoles).

Dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté, le MR souhaite développer des liens avec les organisations de jeunesse et les maisons de jeunes, afin de proposer un large panel d’activités aux jeunes de la commune.

Proposition 10 : Favoriser l’égalité des chances dès le plus jeune âge

Les communes doivent veiller à ce que les activités mises en place soient mixtes, sans discrimination de genre, afin de favoriser l’égalité et la participation active des jeunes filles dans la société.

Il est important de favoriser les échanges et les collaborations entre les organisations de jeunesses/les maisons de jeunes avec les autres acteurs de la vie culturelle, économique, sportive, sociale et associative de la commune.

Il faut aussi favoriser des projets intergénérationnels créateurs d’échanges entre les jeunes et les seniors.

Une meilleure intégration des personnes en situation de handicap

Le handicap peut recouvrir de nombreuses situations. Nous devons en être conscients et il est de notre devoir d’inclure les personnes en situation de handicap dans la vie quotidienne de la cité. Tout doit être mis en œuvre afin de rendre les services communaux et les voiries accessibles à tous. L’inclusion des personnes en situation de handicap doit être pensée de manière transversale et globale à chaque étape de l’élaboration d’une politique publique communale. Tout doit être mis en œuvre pour lutter contre le sentiment d’exclusion et d’isolement qui peut survenir chez la personne en situation de handicap.

Proposition 11 : Un meilleur aménagement des espaces pour les personnes en situation handicap

Le MR souhaite veiller au respect des parkings réservés aux personnes en situation de handicap.

Il faut poursuivre l’aménagement des bâtiments publics, des voiries et des trottoirs et faciliter l’accès aux transports en commun de façon à les rendre accessibles aux personnes en situation de handicap.

Il est important de tenir compte des « usagers les plus fragiles » (personnes en situation de handicap ou atteintes d’un déficit sensoriel, personnes âgées, etc.) dans les politiques de mobilité.

Proposition 12 : Favoriser l’inclusion des personnes en situation de handicap

Le MR veut soutenir l’accueil de jour et les associations qui viennent en aide aux personnes en situation de handicap et à leur famille.

Il s’agit aussi de favoriser l’inclusion des enfants en situation de handicap dans les milieux d’accueil, les lieux associatifs et/ou scolaires.

Il est important de veiller à l’application des normes sur le recrutement de personnes en situation de handicap dans les services communaux et veiller à l’application des normes en vigueur concernant l’emploi dans les services publics.

Les communes doivent aussi veiller à externaliser certaines tâches de la commune par des entreprises employant des personnes en situation de handicap (par exemple, les entreprises de travail adapté).

Le MR souhaite développer les conseils consultatifs des personnes en situation de handicap.

Il faut aussi promouvoir le handisport et en faciliter l’accès tout comme il est nécessaire de soutenir les associations culturelles pour personnes atteintes d’un handicap et favoriser les partenariats entre les communes et les associations gérant le handicap.

Afin d’informer et d’orienter les personnes atteintes d’un handicap, nous encourageons les communes à désigner, au sein de leurs effectifs, une personne de référence « handi-contact ».

Lutter contre les abus et détournements liés à l'Etat civil

On oublie trop souvent l’importance et la responsabilité du rôle de l’Officier de l’Etat civil en matière migratoire au niveau de la commune. Depuis de nombreuses années, le MR est à la pointe des dossiers liés à l’immigration, au regroupement familial et à la lutte contre les unions de complaisance, plus communément appelés les mariages blancs ou gris mais aussi les reconnaissances frauduleuses de paternité et les mariages forcés.

L’objectif n’est évidemment pas de remettre en cause le droit des individus à se marier ou à cohabiter mais d’organiser plus efficacement les contrôles afin de lutter contre les abus et les détournements permettant d’obtenir des avantages liés au séjour.

Proposition 13 : Un renforcement de la lutte contre les abus et détournement lié aux mariages blanc

Il est nécessaire d’avoir une sensibilisation des mandataires locaux à ces différentes problématiques et aux mariages conclus à l’étranger.

Il faut une collaboration systématique entre les communes, le Parquet et l’Office des Etrangers en matière de retour volontaire et forcé et une consultation systématique des bases de données afférentes.

Il est important de renforcer le contrôle de chaque demande de retranscription de mariage conclu à l’étranger.

Le MR souhaite favoriser la mise en place d’une cellule de lutte contre les unions de complaisance et les fraudes au séjour au niveau de la zone de police.

Télécharger le programme local