Le programme local du MR pour

la mobilité

Ce que le Mouvement Réformateur propose, ce n’est pas de changer l’emploi du temps ou les priorités des citoyens mais de les inciter à se déplacer de façon plus efficiente, plus fluide, plus confortable et de façon intermodale tout en maintenant une sécurité maximum. C’est dans cette direction qu’il faut aller si l’on veut changer le modèle classique de la mobilité qui est aujourd’hui dépassé par les faits.

Face aux défis actuels, une politique de mobilité classique montre aujourd’hui ses limites. En effet, le trafic en heures de pointe devient tous les jours plus dense ; les places de parking sont souvent saturées. Quant à nos besoins de mobilité, ceux-ci augmentent profondément. Elle est indispensable pour accéder au travail, aller à l’école, faire du sport, avoir des loisirs ou encore fréquenter des lieux culturels.

Le MR souhaite, via le service minimum, garantir la liberté de chacun de se rendre sans entrave à l’école ou au travail sans remettre en cause le droit de grève.

Nos propositions

Assurer une meilleure fluidité vers, dans et autour des villes

La congestion routière représente l’un des problèmes les plus importants auxquels sont confrontées nos villes. Les conséquences de cette congestion routière sont variées, aussi bien sur le plan économique que sur le plan environnemental ou encore de la santé publique.

Proposition 1 : Désengorger les villes et faciliter le trafic périphérique

Le MR souhaite concrétiser les contournements routiers et autoroutiers qui visent à désengorger les centres villes et à faciliter le trafic périphérique.

Il s’agit aussi de soutenir le développement des nouveaux acteurs, y compris privés, de la mobilité afin de diversifier l’offre via le covoiturage et l’autopartage par le biais des technologies numériques.

Il faut aussi encourager les infrastructures intelligentes pour la gestion du trafic permettant une meilleure fluidité du trafic, une sécurité routière accrue et un impact positif pour l’environnement.

Proposition 2 : Plus de véhicules électriques dans nos communes

Le MR souhaite favoriser, dans les villes mais aussi en zones rurales, l’investissement communal dans des véhicules électriques, en ce compris les bus, taxis sociaux, etc. 

Proposition 3 : Assurer une meilleure information aux usagers

Les Libéraux souhaitent promouvoir l’information du réseau RER et de l’offre S (Suburbaine) pour qu’ils deviennent des outils majeurs de mobilité aussi bien dans Bruxelles qu’entre Bruxelles et sa périphérie (via des brochures communales ou des applications mobiles).

Développer une meilleure disponibilité des transports en zones rurales

L’offre de transport public, déficiente en zones rurales ne s’est pas adaptée aux demandes de plus en plus complexes des ménages. Rappelons que les Plans communaux/intercommunaux de Mobilité (PCM/PICM – également appliqués en zones urbaines) sont des outils stratégiques qui visent à faciliter la planification de la mobilité à l’échelle d’une commune. Ces plans aident à améliorer l’accessibilité et la mobilité, la sécurité routière et le cadre de vie sur le territoire concerné.

Proposition 4 : Un meilleur accès aux transports en commune dans les zones rurales

Le MR souhaite favoriser l’accès aux transports en commun en zones rurales notamment en développant les rapports entre autorités communales et sociétés régionales de transport.

Il s’agit aussi d’accroître la concertation entre les différents acteurs tout en mettant en exergue une meilleure hiérarchisation de l’offre ou encore de développer le système de bus à la demande ou bien encourager l’installation de taxis en zones semi-rurales.

Proposition 5 : Encourager le co-voiturage

Les Libéraux souhaitent développer un portail de promotion des pratiques de covoiturage et d’autopartage par le biais d’acteurs privés ou d’associations locales.

Proposition 6 : Développement d’un réseau communale de voies lentes

Il est important de promouvoir un meilleur partage des voiries communales entre les différents usagers et développer un réseau communal de voies lentes permettant de relier les différents villages, centres, services tant publics que privés et favoriser ainsi la mobilité douce sécurisée.

Il faut aussi encourager les communes à s’entourer d’un conseiller en mobilité.

Mettre en œuvre la « Smart Mobility »

Le concept de « Smart Mobility » ou « Mobilité intelligente » est un concept qui désigne un nouveau modèle de mobilité. Ce modèle se caractérise par sa flexibilité, sa réactivité et son recours à la multimodalité, principalement grâce aux innovations technologiques et à un meilleur respect de l’environnement (usage des carburants alternatifs, etc.).

Proposition 7 : Développer de nouvelles offres pour les transports en commun

Les autorités locales doivent responsabiliser les autorités régionales compétentes à développer de nouvelles offres multimodales en concevant une parfaite intégration des réseaux de transport public (tram, bus, métro et train) en une chaîne de transport complète. En effet, les réseaux de transport public auraient fort à gagner à être mieux segmentés en fonction des objectifs de dessertes qu’ils assurent.

Il faut aussi assurer l’intégration billettique tarifaire complète des opérateurs (TEC, De Lijn, SNCB et STIB), ainsi que développer une information multimodale plus ciblée (guichet d’information, portail d’information, application mobile, etc.).

Le MR souhaite encourager le développement des opérateurs privés de la mobilité.

Proposition 8 : Une politique d’Open Data pour une meilleure gestion de la mobilité communale

Les Libéraux souhaitent mettre en œuvre une vraie politique d’Open Data pour une meilleure gestion de la commune (portail numérique permettant d’accéder à des données géographiques facilitant la mobilité : cartographies, espaces verts, stations de vélos, transports en commun, etc.).

Proposition 9 : Une meilleure offre de stationnement près des gares SNCB

Nous souhaitons augmenter davantage l’offre de stationnement près des haltes SNCB à tarif attractif, sans induire un trafic qui sature les voies d’accès pour les transports publics sur route.

Promouvoir la mobilité douce et la micro-mobilité électrique

Le MR souhaite promouvoir la mobilité douce et la micro-mobilité électrique comme la marche à pied, le vélo (et électrique), les monoroues, les trottinettes électriques ou encore les gyropodes.

Proposition 10 : Promouvoir la marche à pied et sécuriser les zones des piétons

Le MR souhaite développer des signalétiques spécifiques et développer, en supracommunalité, des parcours pédestres qui permettent l’accès et la découverte des communes avoisinantes en créant un maillage qui s’articule autour du réseau Ravel et qui le complète.

Il est intéressant d’encourager la marche à pied pour se rendre à l’école tout en encadrant et en sécurisant le cheminement des enfants vers les écoles.

Il est aussi important de développer l’utilisation d’éclairages publics intelligents qui s’adaptent aux utilisateurs.

Les communes doivent mettre en place un PAVE (Plan d’Accessibilité de la Voirie et de l’Espace Public) afin d’encourager et d’aider les déplacements piétons.

Proposition 11 : Le vélo doit devenir un vrai moyen de transport pour les courtes et moyennes distances

En ce qui concerne le vélo, celui-ci doit devenir un vrai moyen de transport pour les courtes et moyennes distances. Au même titre que les nouveaux moyens de transports électriques, le vélo doit faire partie d’une réelle politique d’intermodalité dans son ensemble. Il faut réaliser un audit général des infrastructures cyclables existantes.

Le MR souhaite améliorer la cyclabilité des voiries, aménager des maillages de pistes cyclables dans le cadre d’investissements pluriannuels, ainsi qu’aménager des parkings spécifiques (avec recharges électriques) et installer des consignes à vélo sécurisés dans les lieux clés d’intermodalité (gares et stations de métro). Il est important de développer une signalisation vélo et des balises claire du réseau cyclable local.

Il est aussi judicieux de promouvoir l’usage du vélo pour se rendre à l’école.

Proposition 12 : Favoriser la micro-mobilité urbaine électrique

Face à l’engorgement des villes et à la pollution dus principalement aux véhicules à moteur thermique, il est indéniable que des solutions doivent être trouvées pour rendre la mobilité urbaine plus attractive et, surtout, plus efficace. La micro-mobilité urbaine électrique fait, en soi, partie d’un ensemble de solutions pouvant faire diminuer la congestion du trafic. Il s‘agit d’un phénomène nouveau dont les villes et les communes doivent tenir compte.

Le MR souhaite étudier et favoriser la possibilité d’établir des zones partagées qui profiteraient également à la micro-mobilité électrique, encourager l’usage combiné avec les transports publics (train, métro, bus, etc.), développer les signalétiques spécifiques à ce type de transport (en plus des piétons et des cyclistes), ainsi qu’ intensifier la promotion de ce type de transport auprès de la population et du personnel communal.

Assurer la sécurité des « deux roues » motorisées

La sécurité des motards et des usagers de scooters a toujours été une préoccupation majeure du Mouvement Réformateur. L’importance de la moto comme moyen de locomotion ne fait que croître avec les années et il est indéniable que les « deux roues » motorisées représentent une alternative intéressante en termes de mobilité.

Proposition 13 : Autoriser la circulation des deux roues motorisées dans les couloirs de bus

Le MR souhaite autoriser une circulation des deux roues motorisées dans les couloirs de bus. Il y a, en effet, une forte augmentation du trafic routier urbain. Pourquoi, dès lors, ne pas permettre aux usagers des deux roues motorisées de profiter de bandes de bus souvent sous-utilisées.

Les communes doivent améliorer la qualité des revêtements de chaussée. Les infrastructures (rails de sécurité, hauteur des bordures, etc.) sont très souvent sources d’accidents graves pour les motards.

il faut aussi inciter les régions à mieux soutenir les associations qui, non seulement, mènent des actions de prévention mais donnent aussi des formations spécifiques aux motards.

Une mobilité à portée de tous

L’apprentissage des règles de circulation en rue par des enfants ou l’utilisation la plus adéquate des différents moyens de transport par les adolescents sont des enjeux importants.

Proposition 14 : Une mobilité adaptée pour les jeunes

Il est nécessaire d’éveiller les enfants et les adolescents aux règles de la circulation par le biais de formations scolaires spécifiques pilotées par la police durant, par exemple, les jours blancs. Il est aussi judicieux d’encourager les enseignants à organiser des activités visant à promouvoir le vélo comme véritable moyen de transport dont la pratique est également bonne pour la santé.

Le MR souhaite encourager l’usage du vélo et de la micro-mobilité urbaine électrique dans le cadre d’une intermodalité plus accrue. Il y a aussi la possibilité  développer le covoiturage scolaire.

Il est souhaitable d’organiser, en collaboration avec les écoles et avec la participation des parents, un système de ramassage scolaire à vélo ou à pieds.

Les communes doivent annoncer et éditer une carte indiquant les itinéraires piétonniers et cyclistes existants.

Proposition 15 : Une mobilité spécifique aux séniors

Demeurer mobile jusqu’à un âge avancé est fondamental dans une société où le nombre de seniors ne fait que croître. En outre, les besoins des seniors habitant en zones rurales sont différents des besoins de ceux vivant en zones urbaines.

Le MR veut promouvoir les systèmes de taxis seniors permettant aux personnes âgées d’être plus autonomes ou encore privilégier la mise en place de systèmes communaux de bus ou de navettes souvent plus flexibles et adaptés en termes d’horaires.

Il est nécessaire de sensibiliser les seniors aux Espaces Publics Numériques (EPN). Ces espaces dotés de matériel informatique à disposition du grand public permettront aux seniors, notamment via des initiations, d’être davantage connectés et de se familiariser avec les moyens d’information numériques.

Il est important de développer une signalétique mieux visible par les seniors lorsqu’ils arrivent en gare (bus, train ou tram).

Il est aussi judicieux de mettre en place de nouveaux modes de déplacement pour seniors dont les « arpenteurs », gyropodes spécialement prévus pour les personnes âgées.

Proposition 16 : Adapter la mobilité aux personnes qui éprouvent des difficultés à se déplacer

Les personnes à mobilité réduite éprouvent des difficultés pour parcourir de petites distances, pour monter des escaliers ou, tout simplement, ont du mal à se déplacer facilement en fauteuil roulant. Ces mêmes PMR ne peuvent parfois pas circuler sur les trottoirs ou ne peuvent pas utiliser les transports en commun. Les motifs d’exclusion sont donc nombreux.

Le MR souhaite développer une politique de sonorisation des feux pour les déficients visuels, ainsi qu’abaisser les trottoirs aux passages piétons et adapter le revêtement des trottoirs.

Il est aussi important de créer des bandes de guidage en traversées piétonnes et de poser des bandes podotactiles devant les escaliers d’accès aux parcs de stationnement souterrains, des stations de métro ou devant l’abaissement des trottoirs.

Les Libéraux veulent adapter et contrôler le nombre de places de parking réservées aux personnes atteintes d’un handicap, ainsi que développer l’accès des personnes à mobilité réduite aux bâtiments publics.

Il est important d’encourager la prise de contact entre les personnes à mobilité réduite et les associations dans la mise en place des aménagements.

Télécharger le programme local