Selon une étude de la KU Leuven publiée ce matin, le pouvoir d’achat des pensionnés aurait à peine progressé au cours de cette législature.  Celui des personnes ayant une faible retraite se serait même dégradé !

Le Ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, veut être clair : « Cette étude va totalement à l’encontre de toutes les analyses et de tous les chiffres dont nous disposons. »

Les pensions minimums ont été augmentées à six reprises sous cette législature : La pension minimum mensuelle pour un travailleur salarié isolé ayant eu une carrière complète, aura progressé de 143,03 € entre octobre 2014 et juillet 2019 (contre une progression de 57,01 € sous le gouvernement Di Rupo).

Durant la même période, la pension minimum mensuelle pour un travailleur indépendant isolé ayant eu une carrière complète aura progressé de 205,43 € (contre une progression de 53,84 € sous le gouvernement Di Rupo).

La garantie de revenu pour les personnes âgées (Grapa), qui garantit un revenu minimum à tous les pensionnés, a également été augmentée de façon importante sous cette législature.

Sous cette législature, le montant mensuel de base de la Grapa a été augmenté de 73,35 € (contre 38,93 € sous le gouvernement Di Rupo) et le montant de base majoré a été augmenté de 110,02 € (contre  58,40 € sous le gouvernement Di Rupo).

Comme le relèvent le Comité d’étude sur le vieillissement et le bureau fédéral du plan, l’importance de ces revalorisations permet désormais à tous les bénéficiaires d’une pension minimum d’isolé ayant une carrière complète, en ce compris les indépendants, de bénéficier d’un revenu supérieur au seuil de pauvreté.

Il convient de noter que, grâce à ces revalorisations et à d’autres mesures telles que la revalorisation du pécule de vacances, la pension moyenne a augmenté, entre 2014 et 2018, de 8,4 % pour les hommes et de 19,6 % pour les femmes dans le régime des travailleurs salariés et de 6,6 % pour les hommes et de 29,5 % pour les femmes dans le régime des travailleurs indépendants.

Mieux compenser le travail

En ce qui concerne le pouvoir d’achat de la population active, L’étude de la KUL confirme le fait que la volonté du gouvernement de mieux récompenser le travail s’est concrétisée.

L’étude précise que « les travailleurs ont grandement bénéficié de la réduction d’impôts grâce au tax shift ».

En moyenne, ils gagnent 4.4% en pouvoir d’achat sur l’ensemble de la législature.

Les travailleurs à bas salaire gagnent davantage (+7%) que ceux avec un salaire moyen (+5.4%) ou un salaire plus élevé (+2.3%).

Les demandeurs d’emplois de courte durée voient également leur pouvoir d’achat croître (+4.5%) selon cette étude KUL.

 

Le Ministre des Pensions, Daniel BACQUELAINE :

« Il faut cesser de raconter n’importe quoi.  La réalité des chiffres démontre à suffisance que les pensions ont augmenté considérablement sous cette législature et, en particulier, les pensions les plus faibles. Cette réalité est par ailleurs confirmée par le Comité d’étude sur le vieillissement et le bureau fédéral du plan. »

Le Ministre du Budget, Sophie WILMES :

« De manière générale, cette étude confirme que c’est bien l’ensemble des travailleurs qui ont bénéficié des effets de la politique du gouvernement fédéral. Ainsi, comme annoncé, nos réformes ont eu un impact réel et positif pour l’ensemble des travailleurs et, en particulier, sur le salaire net des travailleurs qui ont les revenus les plus faibles. C’est ça aussi, encourager le travail.. »