Platanes de l'Avenue du Port

9 septembre 2011

 

La démocratie a ses droits, un débat parlementaire s'impose!

Le dossier des arbres de l'avenue du Port et... le gouvernement bruxellois: «à l'évidence, du grand n'importe quoi!»

Vincent De Wolf, chef de file libéral au Parlement bruxellois, réagit une nouvelle fois vivement dans le contexte du projet de réaménagement de l'avenue du Port: «Rappelons que, depuis plusieurs mois, le gouvernement bruxellois s'est enlisé et obstiné dans ce dossier au mépris du plus élémentaire bon sens.»

Et, en effet :

  • Primo, la décision de procéder aux travaux d'une telle ampleur n'a plus aucun sens dès lors qu'ils étaient motivés par le  projet du BILC, lui-même abandonné de longue date;
  • Secondo, l'absence d'étude scientifique démontrant la dangerosité des arbres est contraire au principe de précaution, lequel exige une étude sérieuse avant tout abattage;
  • Tertio, de nombreux ministres francophones (Mme Huytebroeck et MM. Doulkeridis et Kir) ont contesté le maintien en l'état du projet avant qu'il ne soit confirmé et pourtant, jeudi dernier, le gouvernement - qui statue par consensus - confirme les travaux sans en revoir le caractère démesuré et particulièrement coûteux. Bien plus, une fois la décision prise, les ministres écologistes maintiennent leur contestation relayée, en ce sens, par leur groupe parlementaire.
Du jamais vu !
Rappelons-nous la déclaration assassine du Ministre-Président: «on n’allait pas faire sauter le gouvernement pour des platanes.» Et pourtant, l'histoire l'a mainte fois démontré: «un gouvernement peut - et doit - tomber lorsqu'il s'obstine à prendre et à exécuter une décision injuste,» estime le député libéral.
Des compromissions politiques ne peuvent en aucun cas passer en force en imposant une décision contraire à l'intérêt des habitants. Il y va de la négation d'un gouvernement qui, rappelons-le, est charger d'administrer les intérêts qui lui sont confiés en préservant l'intérêt commun.

Avant même le coup de théâtre de l'arrêt des travaux par le Procureur du Roi de Bruxelles, Vincent De Wolf, chef de file libéral au Parlement bruxellois, avait exigé un débat parlementaire immédiat à ce sujet. Il adressait dès lors, ce lundi soir, à la présidente du Parlement bruxellois une demande (110905-1 DUPUIS) de réunion en urgence de la Commission de l'Aménagement du territoire.

Cette réunion est d'autant plus capitale que la question de la viabilité du permis est posée :
  • le permis sera caduc dans une trentaine de jours ;
  • et celui-ci ne peut être exécuté en l'état puisqu'il ignorerait le volet des gaines techniques sous voirie.
Alors que les ministres Ecolo recommencent leurs gesticulations à propos d'une décision qu'ils ont pourtant bel et bien voté, «Mesdames et Messieurs du Gouvernement, reprenez-vous et permettez au Parlement de débattre sereinement de cette question avant d'envisager quelque suite que ce soit,» lance comme appel le chef de l'opposition libérale au Parlement bruxellois.
Espérons que des esprits partisans n'empêcheront pas cette initiative démocratique d'aboutir.

Et pour son auteur de s'interroger: «Ecolo, au delà de ses gesticulations, aura-t-il l'élégance et la correction de soutenir cette demande?»

Photos

23 février 2018

Visite de ThalesAlenia Space

Toutes les photos

23 février 2018

Timeline Photos

Toutes les photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet