Charles Michel, Premier ministre, cite les bienfaits du Pacte migratoire de l’ONU. Le pacte n’apporte pas de déferlante migratoire. Il est primordial que la Belgique ne laisse pas un siège vide à Marrakech. Il est également question de la crédibilité du pays en Europe.

Des experts prouvent les bienfaits du Pacte migratoire de l’ONU

Tout d’abord, la proposition émise par Charles Michel est la même qu’aux Pays-Bas, au Danemark, en Grande-Bretagne et en Finlande, pays qui connaissent les mêmes difficultés et défis en terme de migration. Il s’agit d’une déclaration interprétative afin d’éviter que tout abus ne soit donné au Pacte. La NVA ayant refusé cette proposition, Charles Michel propose au parlement de se prononcer.

Ce mardi 4 décembre, plusieurs experts sont venus présentés au parlement les bienfaits du Pacte migratoire. Ce dernier permet d’obtenir plus de coopérations européennes et internationales. C’est grâce à ces relations que la Belgique peut réussir à ordonner de manière régulière les migrations.

De plus, Charles Michel compte sur le sens des responsabilités de chacun.  Il déclare: « Celui qui retire la prise dans un moment crucial, comme actuellement, est irresponsable. ».

La Belgique ne doit pas avoir un siège vide à Marrakech

Pour rappel, à Marrakech, il n’y a pas l’expression juridique de la Belgique. Cela intervient plus tard lors d’un vote à l’assemblée des Nations-Unies.

Selon Charles Michel, la Belgique ne doit pas laisser un siège vide à Marrakech. Il importe d’expliquer le point de vue du Parlement à l’ensemble des pays présents.

L’intérêt de la Belgique prime

Pour Charles Michel, il existe des moments, en tant que Premier ministre, où l’on doit pouvoir s’écarter des jeux des politiciens. Son rôle est d’opter pour le meilleur futur possible du pays. Dans le cas présent, au niveau européen et international.

Il s’agit également de l’image de la Belgique et de l’intérêt des concitoyens. Le Pacte fournit un moyen sûr et convenable d’aider à relever le défi de la migration.

Pacte migratoire : un plus pour les citoyens qui n’ouvre pas une déferlante migratoire

Ce Pacte migratoire est un plus pour les concitoyens. Il répond au défi attendu par les citoyens: gérer de manière sûre et régulière la migration.

Le Pacte permet notamment d’avoir des accords de coopération avec des pays africains afin d’organiser le retour des personnes en situation irrégulière. Deuxième élément, il fournit un cadre pour mieux lutter contre les passeurs et le trafic d’êtres humains. Il précise également les personnes régulières ou non dans un pays.

Finalement, le Pacte s’attaque aux causes profondes de la migration. Certaines causes ne sont pas liées à des guerres ou à des conflits mais à une extrême pauvreté. En effet, il est question de soutenir les pays africains en développant notamment les écoles et la santé.

Le Pacte n’ouvre pas à une déferlante migratoire. Il est impossible de gérer en solitaire les questions migratoires. Plus de coopération internationale est égale à plus de clarté et de fermeté lorsque c’est nécessaire.

Ce gouvernement a retrouvé une vraie crédibilité en Europe

Ce Gouvernement fédéral a réussi à faire élire la Belgique au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, et ce avec une majorité extrêmement forte. Il a également retrouvé une vraie crédibilité sur la scène européenne en se situant dans le cockpit de l’UE.

Enfin, Charles Michel regrette qu’un ancien Premier ministre dégrade et salit l’image de la Belgique.

Alibaba, des jobs de qualité

Le premier Ministre est fier que la Belgique soit attractive. Ce résultat est le fruit des décisions et des réformes économiques de ce Gouvernement. Les investissements peuvent amener des milliers d’emplois.

De plus, les chiffres officiels du Service Public Fédéral de l’emploi prouvent la stabilité et la qualité de ces jobs.

 

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir