Le Président du MR Olivier Chastel est très satisfait de l’accord intervenu à la Chambre au sujet du Pacte Migratoire. « Comme le souhaitait le MR, la proposition de résolution soutenant ce Pacte a fait consensus. Les partis de l’opposition ont joint leurs voix à celles du MR, du CD&V et de l’Open-VLD, à l’exception notable de l’abstention du PS qui disait soutenir le pacte. Ce vote démontre donc le très large soutien dont bénéficie le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières , ainsi que le souhait partagé d’une concertation avec différents Etats européens afin d’arriver à une explication de position justifiant ce soutien au Pacte », déclare Olivier Chastel, qui attend maintenant que la séance plénière confirme ce vote.

Le président du MR prend acte du vote négatif de la N-VA. « La N-VA a toujours dit qu’elle ne voterait pas ce texte. Mais elle a par contre fait savoir qu’elle restait membre du gouvernement ».

Pour Olivier Chastel, cela démontre que la décision prise hier soir par le Premier ministre Charles Michel était la bonne. « En demandant au Parlement fédéral de se prononcer sur le Pacte Migratoire, le Premier ministre a légitimé la position belge défendue en septembre dernier à la tribune de l’ONU. Oui, le Parlement fédéral belge soutient ce Pacte, et c’est ce message que Charles Michel portera à Marrakech la semaine prochaine, comme il s’y était engagé ».

Olivier Chastel rappelle que ce Pacte non-contraignant contient des éléments chers au MR. « Il propose ainsi un cadre de coopération qui confirme la souveraineté de tous les Etats mais les encourage aussi à collaborer, en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration durable dans leur pays d’origine. La problématique de la migration dépasse en effet largement le cadre belge et nécessite d’être gérée d’un point de vue européen et même mondial ». Le Pacte confirme la possibilité pour les Etats d’opérer la distinction entre migration régulière et irrégulière. En matière de regroupement familial, il n’est pas contradictoire avec le cadre mis en place par la Belgique avec le soutien du MR (niveau de revenu, connaissance de la langue, durée du séjour etc). Le texte prévoit encore de gérer les frontières de manière intégrée, sûre et coordonnée.

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir