Ottignies-Louvain-la-Neuve (« OLLN ») est une commune atypique en Brabant wallon et même en Wallonie puisqu’elle est dirigée, depuis l’an 2000 par des bourgmestres ecolo, le MR occupant les bancs de l’opposition.

A l’heure où, campagne oblige, les spéculations vont bon train sur qui taxera le plus ou le moins, sur qui gèrera au mieux les finances… A l’heure où d’aucuns prédisent déjà une grande vague verte, il pourrait être intéressant de se plonger dans la gestion financière des ecolos là où ils détiennent les clés du pouvoir.

Une gestion budgétaire catastrophique

Ainsi en janvier 2019, dans sa déclaration de politique générale, la Bourgmestre ecolo d’OLLN reconnaissait, noir sur blanc, que le « contexte budgétaire n’est pas facile ». Le 14 mai dernier, le collège communal rencontrait la presse pour un état de lieux des finances communales et annonçait officiellement un « déficit structurel de plus de 3 millions d’euros » : https://www.olln.be/fr/combler-un-deficit-de-plus-de-3-millions.html?cmp_id=28&news_id=44664&vID=1

Dans cette communication à la presse, les nouveaux échevins ecolos n’osent pas pointer la mauvaise gestion de la majorité précédente, et pour cause, la majorité précédente c’était déjà eux. D’autant que le budget et les finances ont toujours été un portefeuille ecolo à OLLN depuis près de 20 ans.

L’opposition libérale n’a cessé de mettre en garde la majorité à chaque débat sur le budget et les comptes… pour se faire rabrouer, traitée de « catastrophiste » et accusée d’attiser les peurs des citoyens.

Aujourd’hui, force est de constater que les difficultés financières ne sont ni un slogan, ni un mirage mais une réalité à laquelle la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve devra (enfin) faire face.

La fiscalité à Ottignies-Louvain-la-neuve augmente de manière continue

Cette situation est d’autant plus interpellante que, grâce au dynamisme de l’université et de ses parcs scientifiques (parcs d’affaires), le prix des logements est élevé dans la commune, ce qui gonfle, automatiquement, les recettes supplémentaires de précompte immobilier.

Pourtant, la fiscalité augmente de manière continue depuis 15 ans. Jugez plutôt :

  • Hausse du Précompte immobilier : +1,13 millions €/an
  • Hausse de l’impôt des personnes physiques : + 1,2 millions €/an
  • Hausse de la taxe zone bleue : + 600.000 €/an avec la hausse de la perception de la zone bleue Taxe sur les parkings payants : + 450.000 €/an
  • Taxe de séjour (pour les résidents non-domiciliés = les étudiants) : + 700.000 €/an

Sans parler de la création d’une taxe sur le golf, d’une taxe sur les surfaces commerciales, d’une taxe sur les night-shop, d’une taxe sur les taxis, d’une taxe sur les piscines,…

En 15 ans, c’est 4,4 millions de taxes en plus

En 15 ans, c’est ainsi 4,4 millions € de taxes qui sont venues s’ajouter. Une augmentation de la fiscalité locale de 17% ! Soit plus de 140 € par an par habitant. Pour une famille avec 3 enfants, cela représente une hausse de la fiscalité locale de 700 € par an.

Et, la bonne gestion des années pré-2000 s’éloignant,  le rythme n’a fait que s’accélerer puisque cette hausse de la fiscalité est de 12% rien que sur les 6 dernières années !

Ecolo ne se remet pas en question

Mais, aucune remise en question de la gestion des finances par ecolo, non ! On se plaint de ce que coûte l’université et les étudiants à la ville (en se gardant bien de rappeler les conséquences, financières notamment, extrêmement positives de la présence du campus universitaire sur son territoire), on rejette la faute ailleurs et on réclame plus de dotations aux autres niveaux de pouvoirs… comme si l’argent régional ou fédéral tombait du ciel et non du travail des citoyens….

Nous y voyons surtout un manque d’anticipation, de gestion et de vision politique à long terme !

OLLN: la ville avec le plus grand taux de chômage dans le Brabant wallon

La ville offre-t-elle de meilleurs services publics que ses voisines ? Absolument pas… Car dans le même temps, on constate que c’est la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve qui concentre le plus haut taux de chômage en Brabant wallon (12,5 % de demandeurs d’emploi au mois de décembre 2018, soit plus de 25% au-dessus de la moyenne provinciale).

La situation n’est pas nouvelle mais le développement économique et l’emploi ne méritaient toujours pas un paragraphe dans la déclaration de politique communale, pire… la bourgmestre ecolo a même annoncé une politique dans la continuité des 18 dernières années.

Notre petit doigt nous dit que le ecolos annonceront, au lendemain des élections, une nouvelle augmentation d’impôts à OLLN.

Ce n’est pas cette façon de faire de la politique que je veux pour ma ville et ce n’est pas cette gestion là que je veux pour la Wallonie, parce que la meilleure réponse aux problèmes structurels des finances publiques, c’est une politique forte en matière de développement économique et de vraies mesures sociales pour l’emploi !

C’est le MR qui avance sur les débats écologiques

Sans oublier qu’à côté des finances…

A Ottignies-Louvain-la-Neuve, c’est une commune ecolo mais ce sont libéraux qui demandent la fin des plastique à usage unique dans l’administration.

A Ottignies-Louvain-la-Neuve, c’est une commune ecolo mais ce sont libéraux qui demandent que la flotte automobile communale soit la plus respectueuses de l’environnement.

A Ottignies-Louvain-la-Neuve, c’est une commune ecolo mais ce sont libéraux qui réclament une économie d’énergie dans les bâtiments public.

Vous en voulez d’autres ?

 

Pour le groupe MR au conseil communal d’Ottignies-Louvain-la-Neuve

Nicolas Van der Maren

Chef de file

3èmesuppléant à la région