Communiqués

Olivier Maingain, agent de liaison: cafouillage

Par 20 septembre 2019 Pas de commentaire

Le chef de groupe MR du parlement francophone bruxellois, GAËTAN VAN GOIDSENHOVEN, après avoir interpellé, ce mercredi 18 septembre 2019, la Ministre-Présidente de la COCOF, Barbara TRACHTE, sur l’utilité de la création d’une nouvelle fonction de liaison entre francophones de la Région wallonne, bruxelloise et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, reste perplexe quant à l’éventuelle confirmation de la désignation d’Olivier Maingain à ce poste « d’agent de liaison ».

 

« Je constate que nous sommes face à un accord passé entre les partis de la majorité à Bruxelles en dépit du bon sens !  Beaucoup ont fait campagne sur la bonne gouvernance et l’importance de rationaliser les pouvoirs publics, puis ne l’appliquent pas. Je ne peux que regretter cette décision unilatérale de la Région bruxelloise de poursuivre dans cette voie. »

 

La création d’un nouveau poste visant à renforcer les liens entre les Régions wallonne et bruxelloise ainsi que de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait vraisemblablement fait l’objet d’un accord entre partenaires francophones de la nouvelle majorité bruxelloise (PS-Ecolo-Défi).

 

En réponse à une interpellation sur le sujet du chef de groupe Gaëtan VAN GOIDSENHOVEN, la nouvelle Ministre-Présidente avait annoncé que les relations entre les bruxellois francophones et les francophones des autres entités étaient du ressort de la ministre-présidence Cocof.

 

« Après le cafouillage autour de cette fonction, créée de toute pièce, et un enterrement de première classe par la Ministre-Présidente de la COCOF Barbara Trachte de ce nouveau poste greffé à l’exécutif bruxellois, nous déplorons l’entêtement de la Région bruxelloise à poursuivre dans cette voie ».

 

En effet, ces derniers jours, le Chef de groupe MR au Parlement francophone bruxellois n’a pas manqué de rappeler que « l’avenir des relations entre francophones de Belgique méritait mieux que l’approche brouillonne qui lui a été réservée jusqu’à présent par la nouvelle majorité bruxelloise. Et qu’il revient avant tout aux institutions existantes, et à la Cocof en premier lieu pour ce qui concerne Bruxelles, d’établir de nouvelles relations de coordination constructives entre francophones dans notre pays ».

Si Olivier Maingain devait être confirmé à cette fonction, il s’agirait d’un désaveu total vis-à-vis de la Ministre-Présidente de la COCOF, qui a exprimé son opposition à la création de cette fonction supplémentaire ainsi que d’une remise en en cause directe de son autorité. Il conclut ainsi : « En tant que Chef de groupe libéral, je soutiens la Ministre-Présidente dans son bon sens et lui demande de ne pas céder aux caprices d’un Président d’un parti, au nom de l’institution qu’elle représente. »