L’augmentation du pouvoir d’achat est l’objectif du Gouvernement fédéral. Olivier Chastel, président du MR, cite également les raisons pour lesquelles il faut remplacer le diesel par des carburants moins nocifs.

L’objectif de ce gouvernement est d’augmenter le pouvoir d’achat

Tout d’abord, il faut faire la différence entre les gilets jaunes et les délinquants. Les personnes qui dégradent l’espace public et privé et qui commettent des violences doivent être punies. La police et la justice vont oeuvrer en la matière.

Concernant les gilets jaunes, Olivier Chastel écoute leurs revendications et se tient à leur côté. Depuis 5 ans, l’objectif du Gouvernement fédéral est d’accroitre le pouvoir d’achat notamment en diminuant l’impôt sur le travail et en augmentant les salaires (jusqu’à 140€ net par mois). Dès le 1er janvier 2019, 1 milliard€ sera consacré à la diminution de l’impôt sur le travail.

De plus, pour 2019 et 2020, grâce à l’utilisation à 100% de l’enveloppe « Bien-être », les plus basses pensions, les allocations de chômage et les revenus d’intégration sociale (RIS) seront revus à la hausse.

Pour le Président du MR, le libéralisme est essentiellement social. Lorsque le Gouvernement prône le développement économique, le développement de l’emploi et un meilleur pouvoir d’achat, il veut préserver la sécurité sociale et répondre aux défis environnementaux et à la transition énergétique.

Inciter à ne plus utiliser le diesel, carburant le plus nocif

Olivier Chastel rappelle que des discussions ont lieu avec Electrabel. En effet, en raison de ses erreurs dans la maintenance de centrales nucléaires, l’opérateur doit prendre à sa charge une partie de l’augmentation du prix de l’électricité.

Pour ce qui est du carburant, l’augmentation du prix est volontaire. La Gouvernement tente d’inciter les citoyens à privilégier les voitures à essence, hybrides ou électriques. Le diesel est le carburant le plus polluant et le plus nocif pour la santé.

Une matinée de réflexion enrichissante

Afin d’établir le programme pour les mois et années à venir, des ateliers de réflexion sur différentes thématiques ont été mis en place. Il y avait de nombreux militants MR, des non militants et des experts.

Ces débats ont évoqué diverses thématiques. Il a par exemple été question de bien-être au travail, d’emploi ou encore d’environnement. A ce sujet, les libéraux veulent transformer les défis environnementaux en opportunités économiques.

Collaborer avec le plus de pays possible pour régler le défi migratoire

Le MR soutient l’intention du Premier Ministre d’approuver le Pacte migratoire de l’ONU.  C’est en collaborant avec le plus de pays possible que la Belgique parviendra à relever le défi de la migration.

D’autre part, ce texte n’est pas contraire aux mesures prises par le Gouvernement et est non-contraignant. Il laisse la souveraineté aux différents Etats qui vont l’approuver.

Un paradoxe dans les partis de gauche socialistes et écologistes

Tout d’abord, la seule inspiration du Gouvernement fédéral est son programme. Il ne transige jamais sur ses valeurs. Il combat les thèses extrémistes, qu’elles soient de gauche ou de droite.

Olivier Chastel dénonce l’indignation sélective des partis de gauche socialistes et écologistes. Selon eux, la NVA serait “infréquentable” car elle dicterait par des thèses extrémistes l’agenda du Gouvernement. Or, un paradoxe se présente. En effet, ces mêmes partis de gauche ne se manifestent pas lorsqu’ils concluent des accords avec la NVA dans les communes flamandes.