Bonne nouvelle pour plus de 60.000 salariés du secteur non marchand public et privé. Le Gouvernement wallon a officiellement signé avec les partenaires sociaux, ce jeudi, l’accord portant sur la période 2018-2020 qui renforce et revalorise leurs conditions de travail. Dès cette année, un budget annuel de 30 millions d’euros est prévu pour financer les différentes mesures prises dans ce cadre.

Le non-marchand wallon, ce sont 60.000 travailleurs salariés qui œuvrent au quotidien dans quantité de services aussi essentiels qu’indispensables au bien-être et à la qualité de vie de tous les habitants du sud du pays. C’est le cas des secteurs de l’aide aux familles, aux personnes en situation de handicap, à la jeunesse ou à la petite enfance. C’est aussi le cas des maisons de repos, des entreprises de travail adapté… Ce nouvel accord les concernant était d’autant plus attendu que le dernier datait de 2010.

Fruit de longs mois de négociations, il prévoit notamment une prime annuelle de l’ordre de 500 € brut en moyenne pour l’ensemble des travailleurs afin de revaloriser et rendre plus attractifs leurs métiers. Et si les travailleurs n’optent pas pour la prime, l’accord accorde également 2 jours de congé supplémentaires avec embauche compensatoire après négociation en Commission Paritaire (pour les entreprises de travail adapté du secteur privé) ou au niveau local (pour les travailleurs du secteur public) afin de répondre à des problématiques liées à la pénibilité. Il soutient enfin des mesures spécifiques à la revalorisation des fonctions de cadres demandées par les organisations patronales et des demandes des organisations syndicales (augmentation de la prime syndicale).

Pour concrétiser ces mesures, 30 millions d’euros (10 millions non utilisés en 2018 ajoutés aux 20 millions prévus en 2019) ont été dégagés par le Gouvernement wallon pour cette année. A partir de 2020, les 30 millions d’euros deviennent récurrents.

 

Willy BORSUS : « Nous vivons aujourd’hui un moment très important pour une partie des travailleurs wallons. Un tel accord n’avait plus été conclu depuis 2010 (et signé en 2011) et va impacter positivement le quotidien des travailleurs concernés. Il démontre également que notre Gouvernement est à l’écoute des représentants des travailleurs et que la concertation permet d’obtenir des avancées constructives. »

 

Alda GREOLI : « Je me réjouis de la signature officielle de cet accord qui a pu être trouvé pour l’ensemble des travailleurs du secteur non marchand. Il avait besoin d’un souffle nouveau et de garanties pour continuer à rendre des services de qualité et à exercer des fonctions indispensables au bien-être de tous et toutes ! »

 

Pierre-Yves Jeholet : « La signature de ce nouvel accord, équilibré et concerté, assurera la revalorisation du secteur non-marchand et de tous ses travailleurs, qui je le rappelle, assurent au quotidien des services essentiels à la population, comme l’accueil de la petite enfance ou des personnes porteuses d’un handicap »