JusticeSécurité

Mieux protéger les mineurs contre le radicalisme.

Par 10 mars 2016 Pas de commentaire

Denis Ducarme a déposé une proposition de loi visant à mieux protéger les mineurs contre le radicalisme. Elle sanctionne plus fortement l’embrigadement de mineurs.

10 à 15 ans de réclusion

Denis Ducarme entend renforcer l’article 433 du code pénal en y insérant des sanctions plus lourdes pour les infractions d’incitation au terrorisme visant des mineurs d’âge. Sa disposition prévoit, lorsque la personne recrutée est un mineur, une réclusion de 10 à 15 ans et une amende de 5 à 10.000 €.

 

Protéger les mineurs parce qu’ils sont fragiles

« Le phénomène de radicalisation, qui peut conduire au terrorisme et au djihadisme, concerne un nombre très élevé de jeunes adultes », explique Denis Ducarme à Sudpresse. Parmi eux, on trouve même des mineurs. Ce phénomène s’explique sans doute par la fragilité de ce public. L’adolescence constitue une période complexe où les jeunes, plus fragiles, sont susceptibles d’être manipulés et embrigadés dans un processus de radicalisation. Souvenons-nous du jeune Younes, 14 ans, présenté par un quotidien britannique comme « le plus jeune djihadiste de l’État islamique ».

Une stratégie vicieuse

Pour le Chef de groupe MR à la Chambre des Représentants, « embrigader des mineurs constitue une stratégie insidieuse, vicieuse, qui vise à corrompre ce qu’une société peut avoir de plus beau et de plus prometteur : sa jeunesse. Cette stratégie est un crime presque aussi abominable que l’acte terroriste lui-même. Il faut mieux protéger les mineurs ».

Tout sur la réforme de la Justice
Stop à la désinformation
En savoir plus
Stop à la désinformation
Tout sur la réforme de la Justice
En savoir plus