Les suppléments à payer en pharmacie, le soir ou le week-end, pour une ordonnance médicale urgente, ne devront bientôt plus être réglés. Actuellement, le patient paye parfois un supplément de 5 euros. En outre, la suppression des suppléments ne lèsent pas les pharmaciens de garde. Ils reçoivent en échange une compensation de permanence.

Un service nécessaire pour les patients

L’abandon des suppléments est nécessaire pour les patients dans des situations d’urgence. Il permet, entre autres, à des personnes travaillant la journée de ne plus payer de suppléments alors qu’elles ne peuvent se rendre que le soir à la pharmacie.

Win-win pour les patients et les pharmaciens

La mesure avantage à la fois les patients et les pharmaciens. D’un côté, les patients ne payent plus de suppléments pour une ordonnance médicale si le cas est urgent. Dans le cas contraire, si la situation n’est pas urgente, il est préférable d’acheter pendant les heures normales d’ouverture.

D’un autre côté, les pharmaciens reçoivent une compensation de l’État pour les gardes de nuit (de 22h à 8h). Cette mesure modernise le système actuel qui consiste en un honoraire de garde par médicament vendu. Ce dernier est absurde puisqu’un pharmacien de garde peut ne pas avoir de client pendant la nuit et, par conséquent, ne recevoir aucune compensation. Dorénavant, ils bénéficient d’un système plus juste.

Finalement, pour 2019, le Gouvernement Michel prévoit un budget de 8 millions d’euros pour les services de garde des pharmaciens.

Pour le MR, l’accès à des soins de santé de qualité pour toute personne est un droit fondamental. Le contexte de vieillissement de la population implique des adaptations au système afin d’en garantir la permanence, d’en assurer le financement et de permettre l’accès aux nouveaux traitements disponibles.

Ceci pourrait vous intéresser: