Le programme local du MR pour

l'environnement
& la propreté

Ces dernières décennies, des politiques efficaces ont été mises en place dans le domaine de la gestion des déchets et de l’eau. Mais il reste beaucoup à faire quant à la protection de la biodiversité, la qualité de l’air et quant à la préservation d’un environnement particulier : l’espace public. On déplore encore trop souvent des comportements inciviques de tout ordre. La protection de l’environnement est avant tout une affaire de responsabilité.

La protection de l’environnement est avant tout une affaire de responsabilité. Il est impossible de mener une politique environnementale efficace sans le soutien de tous les citoyens. Notre axe majeur est donc la sensibilisation aux enjeux environnementaux.

L’adoption de comportements responsables ne se fait pas par la contrainte mais par l’adhésion volontaire à des projets qui nous permettent d’apprendre, de comprendre et d’agir. Elle peut également être encouragée par des incitants fiscaux (exonération partielle de taxes environnementales de personnes ou d’entreprises adoptant des comportements écologiquement vertueux dans leur quotidien).

Un des défis majeurs reste l’action de proximité et la formation. Toutes ces stratégies ne pourront être efficaces que par la mobilisation de tous les acteurs de la société et de chaque individu.

La commune, pouvoir de proximité, doit être non seulement un acteur de ce vaste chantier, par les actions qu’elle développe, mais également le catalyseur de toutes les initiatives et dynamiques particulières et locales en faveur de l’environnement.

Nos propositions

Une écologie responsable

Une politique environnementale ambitieuse est une condition nécessaire mais non suffisante à la qualité de vie. Il faut aussi que cette politique réponde aux souhaits de la population et s’élabore avec le soutien et la mobilisation des citoyens et qu’elle soit économiquement soutenable.

Proposition 1 : un échevinat consacré à l’environnement

Le MR souhaite mettre en place, là où la taille des communes le permet, un échevinat spécifique consacré à l’environnement qui, outre les missions propres d’environnement et de propreté, travaillerait en collaboration avec les échevinats de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire, de la protection de la nature, de l’énergie et du développement rural.

Proposition 2 : Un meilleur partage des routes entre les usagers

Les Libéraux veulent promouvoir un meilleur partage des voiries communales entre les différents usagers et développer un réseau communal de voies lentes permettant de relier les différents villages, centres, services tant publics que privés et favoriser la mobilité douce sécurisée.

Proposition 3 : Une meilleure gestion à long terme des bois et forêts

Le MR souhaite assurer une gestion à long terme des bois et forêts permettant la meilleure mixité des fonctions et préserver les couronnes vertes dans les villes et villages qui en disposent.

Pour une économie collaborative

Le MR veut promouvoir l’économie circulaire, par la mise à disposition de locaux communaux, par de la publicité sur les sites, journaux communaux, etc., la tenue de FAB LAB, le développement de GIVE BOX et de REPAIR CAFE spécialisés dans la réparation d’objets (électroménager, vélos, etc.) afin d’économiser les ressources, « réparer plutôt que jeter » et développer des liens conviviaux entre générations.

Proposition 4 : Donner les moyens à l’économie collaborative de se développer

Le MR  veut aussi consacrer, sur le site Internet de la commune, une ou plusieurs pages expliquant les services que l’économie collaborative peut rendre à l’échelon communal (cultiver le jardin ou le potager d’autrui, cultiver des jardins ou potagers partagés, prêts d’outils, baby-sitting, ventes de légumes, plats préparés par des particuliers, gardiennage d’animaux durant les vacances, etc.).

Il s’agit aussi de lister et actualiser chaque mois, sur le site de la commune, les adresses url des plateformes collaboratives et des sociétés privées offrant les mêmes services actives sur le territoire de la commune et au-delà.

Punir les incivilités

Le MR entend lutter contre ces petites incivilités qui gâchent la vie quotidienne des citoyens. Qu’il s’agisse de dépôts clandestins, de déchets sauvages le long des routes, de déjections canines sur la voie publique, de tapage nocturne ou diurne, d’actes de vandalisme ou d’autres dégradations de l’espace public, de tags et graffitis, les autorités publiques doivent, après une période de sensibilisation, réprimer sévèrement tous les actes d’incivilités.

Les communes peuvent réduire préventivement le risque de survenance d’actes portant atteinte à l’environnement en encourageant, par exemple, la verdurisation des murs aveugles (via les permis d’urbanisme), notamment ceux en partie dévolus à la publicité, veiller à la propreté des bâtiments publics (car le déchet appelle le déchet ; inversement, quand un endroit est propre, on a tendance à le maintenir propre).

Elles doivent lutter efficacement contre la pollution sonore en appliquant à la lettre le règlement de police ou en l’adaptant de façon à limiter l’usage intempestif de tout appareil sonore (radio, GSM, tablette, tondeuse, etc.) sur la voie publique.

Proposition 5 : une tolérance zéro contre les incivilités

Les communes doivent appliquer une tolérance zéro pour les incivilités, harmoniser un système de sanctions administratives performant et coordonner les différents pouvoirs publics et acteurs afin d’user de tous les moyens dont ils disposent pour améliorer la qualité de vie et la sécurité des citoyens. A cet égard, le recours à des caméras mobiles de surveillance doit être envisagé .

Les communes doivent privilégier, dans les sanctions, les travaux d’intérêt général visant à réparer les dégâts, à nettoyer, à laver, à enlever les graffitis, à dépolluer, à cultiver, etc. et assortir ces derniers d’une formation de quelques heures sur le respect de l’environnement via des éco-conseillers.

Le MR souhaite mettre en place un système uniforme de répression des déjections canines sur la voie publique par le maître du chien au moyen d’un matériel de ramassage adéquat (petits sacs, etc.).

Il s’agit aussi de réprimer les affichages sauvages ou semi-sauvages.

Former les agents de police aux problématiques du respect de l’environnement et de la propreté et, là où la taille des communes le permet, mettre en place ou développer un« service de police environnementale ».

Informer et sensibiliser

La sensibilisation et la responsabilisation citoyenne sont la clé de toute politique environnementale. Ce n’est qu’avec la compréhension et l’adhésion à des objectifs partagés que celle-ci peut se révéler efficace.

Proposition 6 : Des outils de sensibilisation à l’environnement dans les communes

il s’agit de donner l’exemple au sein des services communaux comme outil de sensibilisation de la population à l’environnement. Par exemple, en généralisant, au sein des bâtiments communaux, le tri des déchets de papier et de PMC, en isolant les bâtiments communaux pour réduire la consommation d’énergie, etc.

Les communes doivent mener une politique de prévention (distribution de brochures, campagne de propreté par quartier, opération « nettoyage de printemps » au niveau des encombrants avec publicité et sollicitation des habitants, affiches dans les lieux sensibles, informations dans les écoles, etc.).

Le MR propose de sensibiliser les élèves au respect de la nature et de la propreté par des campagnes d’information dans les écoles ; de transformer ainsi, avec l’appui d’associations écologistes, une partie des jours blancs en « jours verts ». Il y a aussi la possibilité de créer de potagers dans les écoles.

Les communes peuvent aussi organiser des événements (festivals, expositions, conférences) autour du thème de l’écologie responsable ou encore à l’attention de ceux qui le désirent, des actions citoyennes de propreté (ramassage public de déchets tels que canettes, mégots, etc.) à des fins de conscientisation.

Proposition 7 : Un numéro vert pour signaler les dépôts sauvages

Le MR souhaite mettre en place, comme c’est déjà le cas à Bruxelles,un numéro vert en Wallonie pour s’informer sur la collecte des encombrants, le recyclage et signaler les dépôts sauvages.

Gérer et optimaliser les structures

Le MR souhaite gérer et optimaliser les structures en activant, là où c’est possible, des solutions supracommunales au niveau du balayage des voiries (achat de matériel).

Il s’agit aussi de créer à Bruxelles, de manière supracommunale, une équipe de médiateurs, indépendante de Bruxelles-Propreté, qui coordonne la diversité et la multiplicité des intervenants dans le domaine de la propreté (dératisation, nettoyage des abribus, etc.).

Proposition 8 : Des poubelles intelligentes dans nos communes

Le MR souhaite mettre en place des poubelles intelligentes (qui compactent les déchets de manière à en accueillir 8 fois plus qu’une poubelle normale, qui signalent électroniquement qu’elles sont pleines aux camions de récolte et qui sont alimentées par des panneaux solaires).

Les communes doivent aussi mettre en place, de manière supracommunale, des bulles /poubelles enterrées de préférence à des bulles/poubelles aériennes.

Les libéraux souhaitent étudier la mise en place, de concert avec le pouvoir régional et, là où c’est possible et finançable, d’un système souterrain d’évacuation pneumatique des poubelles comme à Barcelone ou de collecte par bulles enterrées de tous types de déchets.

Généraliser, de manière supracommunale et en partenariat avec le privé, la mise en place de « réceptacles pour huile usagée», c’est-à-dire des poubelles adéquates pour gérer le dépôt des huiles de friture usagées.

Il s’agit aussi de généraliser en Wallonie, comme c’est déjà le cas à Bruxelles, l’usage de sacs spécifiques pour les déchets ménagers (sacs blancs à Bruxelles) et de sacs orange (déchets organiques).

Il est possible de créer, via une concession domaniale et avec un ou plusieurs partenaires privés, des lieux de collecte de déchets spécifiques (GSM, bouchons, cartouches d’encre, etc.) ou organiques.

Les communes doivent placer des poubelles en nombre suffisant et aux endroits stratégiques (places, écoles, rues commerçantes, etc.) et les vider régulièrement.

Proposition 9 : Un service de récolte de déchets adapté à meilleur coût

Le MR souhaite mettre en place un tri optimal des déchets avec une meilleure maîtrise des coûts de la gestion de ceux-ci pour les citoyens.

Les communes doivent aussi développer un service de récolte des déchets adapté aux personnes à mobilité réduite (récolte des encombrants, aide aux personnes en situation de handicap via les Plans de Cohésion Sociale, par exemple, etc.).

Les Libéraux souhaitent étendre en Wallonie, comme c’est déjà le cas à Bruxelles, la collecte porte-à-porte des déchets verts et du compost aux communes pendant toute l’année, selon des fréquences et des modalités à définir par la commune ; ainsi que la mise en place d’un service régulier de ramassage des encombrants.

Il s’agit aussi de constituer des équipes volantes d’intervention, en renfort ou en urgence, en fonction d’événements récurrents ou ponctuels ; et de la mise en place des brigades d’intervention rapides pour éliminer les dépôts clandestins. A cet égard, la possibilité pour les citoyens d’alerter les services compétents via les réseaux sociaux ou via une application communale facile d’utilisation doit être envisagée.

Les communes doivent prévoir, à proximité des bulles à verres, des poubelles de tris destinées aux différents emballages (en plastique ou en carton) ayant servi pour le transport des bouteilles en verre vides.

Il faut augmenter, en fonction des emplacements, soit le nombre de canisites, soit les distributeurs de petits sacs, soit les deux.

Il s’agit aussi de mettre en réseau informatique les avaloirs et fossés communaux afin de les répertorier, d’inventorier les interventions nécessaires à leur entretien et de renforcer la fréquence des vidanges.

Le MR souhaite créer des compostières publiques, ainsi que créer et développer les « ressourceries» pour la collecte des déchets encombrants, c’est-à-dire des lieux de récupération, de réparation, de revalorisation voire de revente et parfois d’éducation à l’environnement. Les diverses expériences menées par des échevins MR en Wallonie (Namur, Charleroi, Ohay, etc.) ont permis de créer de l’emploi, d’éviter le gaspillage et de répondre aux besoins de consommateurs.

Le MR souhaite encourager et collaborer activement avec les associations citoyennes (par exemple « Leo not happy ») qui développent des projets de propreté collaborative et/ou qui organisent des nettoyages et ramassages publics et citoyens.

Il est important d’installer, dans les hypercentres des grandes villes, des toilettes publiques.

Repenser les structures urbaines

Le MR souhaite développer des projets de villes grâce à des financements régionaux et européens.

Proposition 10 : Pour l’émergence progressive des smartcities

Il faut promouvoir les projets qui concourent à l’émergence progressive des smartcities et les organiser par fonctionnalités (logement, commerce, mobilité, etc.), ainsi que des mécanismes intelligents et écologiques de livraison via des centres de distribution aisément accessibles, des applications numériques et des véhicules électriques ou au gaz naturel (CNG : Compressed Natural Gaz).

Proposition 11 : Pour une revitalisation urbaine

Les Libéraux souhaitent mener une politique de revitalisation urbaine développant à la fois des actions en faveur de la réhabilitation des quartiers, d’un meilleur aménagement des voiries et espaces publics, de la création d’espaces verts, de la rénovation des façades pour renforcer le cadre de vie urbain.

Il faut aussi promouvoir la végétalisation urbaine là où c’est possible, notamment sur les toits.

Proposition 12 : Pour la création intelligente de piétonniers dans les villes

Il est important de promouvoir la création de piétonniers dans les villes de manière concertée, en veillant à l’impact sur les commerces et en assortissant ces initiatives de solutions efficaces de parkings souterrains ou de délestage aux alentours de ceux-ci ainsi que de transport public.

Embellir et améliorer le cadre de vie

Le MR souhaite améliorer le bien-être général dans un environnement agréable à vivre.

Proposition 13 : Confier aux communes l’embellissement du cadre de vie locale

Les Libéraux souhaitent confier aux communes l’embellissement du cadre de vie local : fleurissement des espaces communaux, des bâtiments communaux et des voiries, organiser des concours « façades fleuries », etc.

Il s’agit aussi de rouvrir les rivières à ciel ouvert dans les villes et villages où c’est possible et aménager des promenades via de petits chemins reliant les espaces verts.

Quand c’est possible, il faudrait développer la gestion des espaces verts publics par l’éco-pâturage (moutons, chèvres, etc.) pour couper l’herbe, lutter contre les plantes invasives et afin de sensibiliser classes et enfants.

Le MR souhaite planter, sur les sols pollués, des essences à croissance rapide qui contribuent à extraire la pollution et les utiliser comme combustible.

Protéger et promouvoir la biodiversité

La biodiversité est un trésor. C’est aussi un élément essentiel de nos écosystèmes.

Proposition 14 : Un plan communal pour la préservation de la biodiversité

Le MR souhaite assurer la préservation et le redéploiement de la biodiversité (replantation de haies, alignements d’arbres et bosquets ou arbres isolés, etc.), par un plan communal dynamique de développement de la nature en concertation avec les acteurs concernés dont le monde agricole.

Il faudrait veiller, partout où c’est possible, à constituer ou renforcer, en concertation avec les riverains, un maillage écologiquepour permettre l’habitat et la migration des petits animaux : sentiers pédestres ou cavaliers, coulées vertes, cours d’eau, Ravel, haies, corridors écologiques, arbres, écoducs, etc.

Il faut faire la promotion des jardins partagés sur des espaces verts appartenant aux communes (ou sur les toits de bâtiments publics).

Les communes doivent développer des programmes tels que « Entreprises nature admise» visant, avec leur accord, à intégrer la biodiversité sur leur site, voire à y développer des potagers.

Il s’agit aussi de mettre en œuvre la convention des combles et clochers permettant d’aménager ces lieux pour les chauve-souris et rapaces et exploiter davantage le potentiel d’éco-diversité des cimetières.

Les communes doivent mettre en œuvre activement la législation européenne sur les zones humides et, notamment, les programmes LIFE sur les « animaux-parapluie» (papillons, cigognes noires, etc.).

Proposition 15 : Favoriser la diversification agricole

Le MR souhaite favoriser la diversification agricole, notamment au travers de la promotion de l’agroforesterie, de cultures durables, du redéploiement de productions locales avec l’appui prononcé de la commune et de la province.

Il s’agit aussi de mettre en œuvre une gestion différenciée des espaces verts et de déboiser partiellement les résineux aux abords des ruisseaux pour restaurer la biodiversité.

Il est judicieux de créer des accès localisés aux ruisseaux pour les bovins (avec des abreuvoirs) et clôturer les autres accès pour empêcher les dégâts des bovins sur les berges.

Les communes doivent gérer et nettoyer les cours d’eau, aménager les environs (stabilisation des berges, implantation de têtards, création de bras morts favorisant la reproduction de poissons, etc.).

Le MR souhaite protéger la biodiversité des divers versants des terrils dans les anciennes zones industrielles : elle est menacée par le développement des forêts.

Favoriser le bien-être animal

Les politiques régionales du bien-être animal doivent pouvoir compter sur l’action quotidienne des communes car elles sont en première ligne et vivent au quotidien les réalités de terrain, en particulier pour ce qui est des animaux domestiques.

Selon les derniers chiffres disponibles, il y aurait 1,4 million de chiens, et 2,1 millions de chats domestiques en Belgique. En Wallonie, on compte près de 679 000 chiens et 896 000 chats. A Bruxelles, on dénombre 48 000 chiens et 141 200 chats. Ces chiffres suffisamment éloquents révèlent la nécessité d’une plus grande sensibilisation au bien-être animal dans les communes. Chaque année, plus de 56.000 animaux sont recueillis dans des refuges.

Pour le MR, la protection animale est une priorité.

Proposition 16 : Pour un Echevinat du bien-être animal dans chaque commune

Même si c’est déjà le cas dans certaines localités, le MR est favorable à ce que chaque commune se dote d’un échevinat du bien-être animal afin d’articuler localement la politique régionale et mettre en place les initiatives nécessaires à la protection des animaux au niveau communal.

Proposition 17 : Une « police du bien-être animal » dans chaque commune

A l’image de la « Dieren politie » mise en place dans certaines communes flamandes, le MR est favorable à la création d’une police du Bien-être animal dans les communes de Wallonie et de Bruxelles. Budgétairement neutre, cette initiative procède simplement d’une réorganisation locale à travers l’affectation d’un inspecteur désormais formellement chargé de la problématique des maltraitances envers les animaux.  Cette proposition s’inscrit dans une volonté de plus grande synergie entre la commune et la police dans la gestion des maltraitances animales.

Proposition 18 : Responsabilisation des futurs propriétaires d’animaux de compagnie

Le MR soutiendra toute initiative communale allant dans le sens d’une plus grande responsabilisation des futurs propriétaires d’animaux domestiques.  Acquérir un animal domestique requiert un comportement responsable pour le bien de l’animal ainsi que des personnes qui l’entourent.  Cette responsabilisation doit être encore plus appuyée en ce qui concerne les « nouveaux animaux de compagnie » (NAC).

Proposition 19 : Espaces de liberté pour chiens

Le MR souhaite améliorer la cohabitation Hommes/Animaux dans les espaces publics. L’établissement d’espaces dédiés aux chiens constitue une réponse cohérente aux problèmes rencontrés dans les espaces publics où la cohabitation pose parfois des problèmes d’ordre pratique.

Proposition 20 : Encourager la stérilisation des chats errants via des conventions avec les vétérinaires locaux ou associations locales de protection animale

Le MR souhaite encourager la création de cimetières pour animaux domestiques : à l’heure actuelle, enterrer son animal domestique dans un jardin est interdit. Or, il y a très peu de solutions proposées aux maîtres si l’on excepte l’incinération ou l’équarrissage. Pourtant, le lien affectif peut être très fort et doit être respecté.

Faire face au défi énergétique

Nos besoins énergétiques sont amenés à croître. Mais il importe tout à la fois d’assurer la sécurité de l’approvisionnement et la protection de l’environnement. Le tout à un coût raisonnable qui ne pénalise pas les citoyens.

Proposition 21 : Un guichet d’informations sur l’énergie dans chaque commune

Le MR souhaite créer, au sein des services communaux, un guichet communal de l’énergie qui centralise toutes les informations utiles sur l’utilisation efficace de l’énergie, sur les primes régionales et communales, sur les déductions fiscales pour les investissements économiseurs d’énergie, sur les fournisseurs d’énergie et les tarifs les plus avantageux, etc.

Il s’agit aussi d’engager un responsable énergie (ou externaliser ce travail) pour réaliser un plan en matière d’économies d’énergie au niveau des bâtiments et logements communaux. Ce responsable pourrait être actif sur plusieurs communes.

Proposition 22 : Une valorisation des énergies renouvelables

Les communes doivent identifier au sein des pouvoirs locaux les investissements nécessaires en matière de performance énergétique des bâtiments pour développer un cercle vertueux entre économies d’énergie et réductions des charges communales. Les communes doivent aussi étudier tout particulièrement les potentialités en termes de développement de réseaux de chaleur et d’installation d’équipements de valorisation des énergies renouvelables au sein de la commune.

Proposition 23 : Soutien à l’utilisation rationnelle de l’énergie par les citoyens

Le MR veut soutenir activement l’investissement du particulier dans l’utilisation rationnelle de l’énergie, notamment dans le domaine de l’isolation, de la cogénération, du placement de chaudières plus performantes, de pompes à chaleur, etc.

Il s’agit par exemple d’octroyer une prime à l’installation d’un système de récupération de l’eau de pluie ou à la réhabilitation d’une ancienne citerne d’eau ou encore de favoriser le compostage individuel en octroyant une prime à l’achat d’un fût à compostage, ainsi que de favoriser l’octroi d’une prime à l’isolation du toit en complément de la prime régionale.

Proposition 24 : Plus de bornes de rechargement pour les véhicules électriques

Les Libéraux souhaitent favoriser, dans les stations-services et espaces privés, l’implantation, par des entreprises, de bornes de rechargement pour les véhicules électriques et les stations pour les véhicules fonctionnant au gaz naturel (CNG : Compressed Natural Gaz).

Il s’agit aussi de privilégier, pour le charroi communal, l’achat de véhicules (bus, utilitaires, etc.) fonctionnant au gaz naturel ou à l’électricité.

Télécharger le programme local