Dans « ‘A votre avis », Olivier Chastel, président du MR, a rappelé que le pouvoir d’achat a augmenté sous le Gouvernement fédéral. Un constat partagé par de nombreux économistes. Il est aussi revenu sur la lutte contre la fraude fiscale, la question migratoire, les enjeux climatiques et sur la relation entre citoyens et politique.

Pouvoir d’achat: en hausse sous ce gouvernement

Objectivement, les économistes le disent : le pouvoir d’achat a augmenté sous le Gouvernement de Charles Michel. Il est question d’une augmentation pour les salaires nets, en particulier les plus bas. Les économistes parlent de 1800 euros nets par an en plus.  Cette hausse du pouvoir d’achat, qui est une volonté du Gouvernement, est remarquable mais il est encore possible de faire mieux.  Effectivement, Olivier Chastel veut discuter d’une réforme fiscale complémentaire pour améliorer davantage le salaire net.

Il existe 2 paramètres dans le pouvoir d’achat: les recettes pour les ménages et les dépenses. Olivier Chastel l’assume, la réforme fiscale s’appuie sur un certain nombre d’augmentations de taxes, notamment les accises du diesel. Il faut encourager le passage à l’essence ou à l’hybride/électrique.

Concernant l’électricité, Olivier Chastel considère qu’Electrabel doit mettre la main au portefeuille en raison de sa mauvaise gestion du parc nucléaire. Olivier Chastel et Charles Michel plaident pour garder le niveau actuel de TVA sur l’électricité. En effet, il est préférable de garder ces recettes afin de les dédier à ceux qui en ont réellement besoin. Ainsi, le président du MR propose, comme pour le mazout il y a plusieurs années, de créer un fond électricité. Les allocataires sociaux et toutes personnes ayant des bas revenus bénéficieraient de ce fond.

La lutte contre la fraude fiscale progresse

Tout d’abord, le personnel pour lutter contre l’évasion fiscale a augmenté durant ces 4 dernières années. De même, le rapatriement en Belgique de sommes d’argent considérables est un élément positif pour l’économie belge.

Concernant la fraude fiscale, le Gouvernement a multiplié par 2 le nombre de dossiers traités par l’Inspection Spéciale des Impôts (ISI). Ainsi, en 2016, la lutte contre la fraude fiscale a rapporté 1,9 milliards d’euros. En 2017, il s’agit de 2,1 milliards. Autrement dit, la lutte contre la fraude fiscale progresse d’année en année.

Pour Olivier Chastel, il faut poursuivre ce travail. Le président du MR propose de simplifier la législation fiscale et d’adopter des mécanismes plus stricts. La transparence, souhaitée au niveau international, permet à la Belgique de mieux pointer les individus qui effectuent des montages à l’étranger.

La coordination internationale est impérative pour gérer le défi migratoire

Premièrement, Olivier Chastel salue l’attitude de Charles Michel concernant le Pacte migratoire onusien. En plus d’avoir été jusqu’au bout de ses convictions, il a fait respecter la parole de la Belgique. Pour Olivier Chastel, la traite des êtres humains et le trafic de migrants doivent cesser.

Deuxièmement, la coordination européenne et internationale est un prérequis indispensable pour gérer le défi de la migration. Le président du MR souligne que ce texte permet de coordonner et réguler les migrations avec, notamment, des moyens internationaux pour lutter contre des dérives. Il rappelle que le Pacte, non contraignant, laisse la souveraineté à chaque état.

Troisièmement, la politique migratoire menée par la Belgique est humaine et ferme. D’une part, il s’agit d’une politique humaine parce que la Belgique a donné le statut de réfugié à 50.000 personnes. Ainsi, le taux de reconnaissance des syriens demandeurs d’asile atteint les 90%. D’autre part, c’est une politique ferme car tous les individus ne respectant pas les conditions n’ont pas accès au statut de réfugié. Dès lors, une politique de retour est mise en oeuvre pour ces personnes, en coopération avec les pays d’origine.

Environnement: créer une agence climat

Selon Olivier Chastel, de nombreux efforts ont été effectués. En effet, il est question d’un partage de l’effort climatique entre l’état fédéral et les régions. Ce « burden sharing » permet de planifier les travaux et les objectifs de chaque institution. De plus, grâce au Gouvernement fédéral, des éoliennes offshore en Mer du Nord produiront l’équivalent de 4 centrales nucléaires, soit 4GW, dès 2030. Cet électricité bénéfice à l’ensemble du pays. Enfin, la Belgique est un des premiers pays à mettre en place des « green bonds » pour des investissements verts.

Pour Olivier Chastel, il est nécessaire de créer une agence climat. Il s’agit du rassemblement des administrations concernées par le secteur environnemental. Son but est de mieux coordonner, en toute transparence. Le président du MR veut plus de clarté sur les ambitions de chacun et sur la manière dont elles vont être remplies. La Belgique ne doit plus être pointé du doigt lorsque la Flandre ne désire pas aller plus loin dans ses ambitions énergétiques.

Demander l’avis de la population dans certains cas

Olivier Chastel est favorable à demander l’avis de la population dans un certain nombre de cas. L’avis des citoyens peut être demandé sous plusieurs formes. En effet, ils peuvent être présents au Parlement afin de donner leurs opinions sur des textes.

Ensuite, le président du MR propose que chaque citoyen puisse dédier une partie de son impôt à un enjeu qui l’intéresse particulièrement.

Finalement, Olivier Chastel veut redonner aux citoyens le choix de leurs élus. Effectivement, le PS ne veut pas supprimer l’effet dévolutif de la case de tête sur les listes électorales. Or, il est primordial que l’électeur désigne directement sur la liste celui qu’il a envie de voir élu. Le MR est pour la suppression de l’effet dévolutif.