Il fût un temps où les moteurs diesel étaient à la mode. Consommation plus faible que l’essence, prix à la pompe plus bas, … C’était sans compter un inconvénient de taille : le moteur diesel est extrêmement polluant.

Le diesel, un polluant en puissance

Auparavant, le calcul pour acheter un moteur diesel était surtout financier. Un prix d’achat plus élevé qu’un moteur essence, mais avec l’assurance de rouler avec un combustible moins cher à la pompe. Sur le long terme, et en multipliant les passages à la pompe, le moteur diesel se révélait être attractif financièrement parlant.

Actuellement, ce calcul a complètement changé et intègre heureusement un facteur écologique. Pourquoi heureusement ? Car pendant l’âge d’or du diesel, des études alarmantes ont démontré la dangerosité des moteurs diesel. Peu écologiques, ces moteurs relâchent dans l’air des quantités importantes de particules fines, d’oxyde d’azote, de CO2, etc. Beaucoup plus qu’un moteur essence.

Les résultats de ces études sonnaient le glas du moteur diesel.

La prise de conscience

Face à ces études, la responsabilité politique devait intervenir. Il n’était plus possible de favoriser les moteurs diesel par rapport aux moteurs essence, moins polluants.

Le gouvernement fédéral a donc décidé, afin de lutter contre les comportements polluants, d’augmenter les accises sur le diesel et de les diminuer sur l’essence. Ces baisses et hausses des accises se font progressivement jusqu’en 2019, année où il sera définitivement plus intéressant de rouler à l’essence.

N’oublions cependant pas que les accises ne représentent qu’une partie du prix des carburants à la pompe. Il faut constater que cette politique porte ses fruits puisque la vente de voitures diesel est en baisse…

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir