Le coût du vieillissement enfin maîtrisé.

10 décembre 2015

 

Grâce aux réformes des pensions entreprises par le gouvernement Michel, la progression du coût du vieillissement, en Belgique, sera beaucoup plus modérée qu'elle ne l'aurait été à politique inchangée.

Une économie de 2,1% du PIB Concrètement, sans les mesures prises par Daniel Bacquelaine, le coût du vieillissement de la population aurait dû représenter 15,1% du PIB en 2060. Aujourd'hui, cette estimation est abaissée à 13%. Une baisse substantielle essentiellement due à la réforme des pensions. Ces chiffres du dernier rapport de l' « ageing working group 2015 » prennent en compte les les réformes des pensions déjà adoptées par le gouvernement ainsi que d'autres, notamment en matière d'emploi. Un sérieux coup de pouce pour le budget national Ces réformes permettront également d'améliorer l'objectif budgétaire à moyen terme de la Belgique, qui étant actuellement fixé à 0,75% du PIB, est le plus élevé de l'Union européenne. Selon Daniel Bacquelaine, le nombre de pensionnés va, lui, diminuer dans le futur : "En moyenne, chacun travaillera un peu plus longtemps et partira un peu plus tard à la pension". Pour Philippe Donnay, Commissaire au Plan, "le saut d'index a également eu un impact positif sur le coût budgétaire des pensions".

Photos

29 janvier 2018

Conseil - 29.01.18

Toutes les photos

26 janvier 2018

Timeline Photos

Toutes les photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet