Pour des raisons techniques liées à la sécurité, il n’était pas possible de relancer le Thalys wallon. C’était la seule liaison à grande vitesse directe entre Namur, Charleroi, Mons et Paris.  Depuis ce vendredi 9 décembre, une offre de train classique permet à nouveau de relier les grandes villes wallonnes à la Région Hauts-de-France et à Paris. Ces trains font  deux allers-retours par jour sur chaque ligne : d’un côté entre Mons et Paris (changement à Aulnoye) ; de l’autre entre Namur, Charleroi et Paris (changement à Maubeuge). Du côté français, ces trains s’arrêtent également à St-Quentin et Compiègne.

Dans un premier temps, ces relations nécessiteront un changement de train à la frontière. Dans une seconde phase, l’objectif est que ces liaisons s’opèrent sans changement.

De nombreux avantages

Cette nouvelle offre de transport réuni de nombreux avantages :

  • Le prix, moins élevé que pour un billet de TGV:  cela permet d’atteindre une clientèle plus large, que ce soient les étudiants, les travailleurs, en plus du loisir (tarifs très attractifs le weekend), et possibilité de faire un abonnement plus avantageux encore pour les voyageurs réguliers.
  • La flexibilité maximale : pas de réservation obligatoire à l’avance.
  • La fréquence : deux allers-retours par jour, avec horaire adapté à la clientèle (arrivée possible tôt le matin et retour en fin de journée).
  • Ecologique:  plus durable que les transports concurrents que sont les autocars, les offres de covoiturage etc.

Une offre alternative

Dès sa prise de fonction en avril 2016, le Ministre Bellot a multiplié les initiatives et les contacts avec la SNCF et sa collègue française Mme Borne et la Région Hauts-de-France en vue de rétablir le transport transfrontalier via les lignes classiques (hors grande vitesse donc) depuis Namur, Charleroi et Mons.

Cette offre n’exclut cependant pas la reprise des liaisons Thalys. Etant donné que cette reprise n’est pas possible pour l’instant, il s’agit d’une offre alternative, qui pourrait tout à fait à l’avenir être renforcée par une offre Thalys. Un exemple de ce type de situation sont les liaisons Bruxelles-Amsterdam sur lesquelles cohabitent des trains classiques et des TGV, les deux offres s’adressant à un public différent.

Pour le MR, la mobilité est un droit. La liberté de se mouvoir est un fondement de la vie en société. Cette mobilité est indispensable pour accéder au travail, aller à l’école, faire du sport, avoir des loisirs, fréquenter des lieux culturels…

 

Ceci pourrait vous intéresser:

La boîte à idées
Découvrir
La boîte à idées
Découvrir