La SNCB sacrifie ses usagers

7 octobre 2011

 

Le MR refuse que la SNCB sacrifie ses usagers


Le Mouvement Réformateur , par la voix de la Députée fédérale Valérie de Bue , refuse que les navetteurs payent le prix fort d’un manque de gestion de la SNCB à la suite des décisions du Conseil d’administration de l’entreprise publique.
Les CA de la SNCB a, en effet, décidé d’augmenter les tarifs de 2,83 pc en moyenne à partir du 1er février 2012, dans la cadre de mesures d’économies qui doivent permettre à l’entreprise de revenir à l'équilibre à l'horizon 2015. « Et pourtant, les constats chiffrés sont accablants pour la SNCB. Les résultats de la ponctualité n’ont jamais été aussi mauvais depuis une dizaine d’année. La sécurité totale des voyageurs n’est pas assurée comme nous l’a prouvé laCommission Spéciale Sécurité du Rail, » a réagi la Députée Valérie De Bue.
Plus largement, la SNCB envisage, après la suppression de 38 guichets, après
l’augmentation du prix d’un billet pris dans le train majoré de sept euros, de supprimer près de 300 trains. Un schéma d’économie qui interpelle quand on voit l’argent dépensé pour larénovation de certaines gares. « On est en droit de se demander où est la logique, » regrette la Députée fédérale MR.
« Il y a évidemment une réalité économique derrière ces choix, mais le Mouvement
Réformateur n’accepte pas que ce soient les voyageurs qui font le choix d’une mobilité durable qui doivent en payer les conséquences,
» a affirmé de son côté Charles Michel, Président du MR. La SNCB a une clientèle en croissance, il convient de rechercher davantage d’efficience sans faire supporter l’effort aux utilisateurs.

Photos

29 janvier 2018

Conseil - 29.01.18

Toutes les photos

26 janvier 2018

Timeline Photos

Toutes les photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet