La Belgique et l’Europe, sont toujours confrontées à l’immense défi de l’asile et de la migration. Depuis des mois, les demandeurs d’asile syrien qui fuient la guerre ont laissé place à de nombreux migrants économiques arrivant souvent du continent africain ou du Proche-Orient.

Le trafic sordide des passeurs

Devant cette situation, certaines personnes particulièrement mal intentionnées essaient de tirer profit de la détresse humaine. Ces personnes sont ce que l’on appelle des passeurs. Ce sont ces derniers qui essaient de faire rentrer illégalement en Europe des milliers de personnes par an. Ils ne le font pas par humanisme, mais par l’appât du gain. Les migrants doivent leur payer une fortune dans l’espoir de pouvoir embarquer dans des bateaux bondés et dangereux. De nombreuses catastrophes ont déjà eu lieu.

Les passeurs exercent également leurs activités au sein même de l’Union européenne. Nous avons pu encore le voir avec la mort tragique de la petite Mawda, décédée dans une camionnette conduite dangereusement par un passeur refusant d’obtempérer aux injonctions policières.

Une situation intenable

Face à ces drames humains, il faut réagir. Olivier Chastel, président du MR veut mettre en œuvre trois mesures précises. Par ailleurs, elles ne pourront répondre aux objectifs humains que si elles fonctionnent simultanément.

Tout d’abord, il y a le renforcement des frontières extérieures de l’Europe. Le MR veut réaffirmer le principe des frontières sous peine de voir le système Schengen s’effondrer. C’est ce qui risque de se passer si chaque pays se replie sur lui-même. Pour Olivier Chastel : « on ne pourra pas maintenir la libre circulation au sein de l’Espace Schengen sans renforcement des frontières extérieures de l’Union. »

Ensuite, Olivier Chastel propose la révision des règles de Dublin qui implique que les dossiers doivent être examinés dans le premier pays d’entrée dans l’Union européenne. Cette mesure permettra de soulager la pression sur les pays qui bordent la Méditerranée. Il doit y avoir une réaffirmation de la solidarité entre les pays. Pareil pour la répartition des migrants sur le territoire européen.

Enfin, le MR veut des Hotspots dans les pays d’origine des migrants. Véritables centres d’orientation pour les candidats, ces Hotspots recevront toutes les informations sur les conditions d’asile dans les pays, et évalueront la recevabilité des demandes. En cas de réponse positive, le transfert des migrants vers l’Europe se fera par la voie légale. C’est la clé pour éviter le trafic sordide des passeurs. « Il faut faire en sorte que les passeurs ne soient plus la porte d’entrée en Europe avec tous les risques que cela fait courir aux personnes embarquées sur ces bateaux  » conclut Olivier Chastel.

Ceci pourrait vous intéresser

Réfugiés : la Belgique est le 7e pays européen le plus accueillant !

Politique migratoire – Pour le MR, le gouvernement fédéral respecte et continuera à respecter les conventions internationales

Politique migratoire : pas question de régularisation massive en Belgique

 

 









 

20 bons chiffres du gouvernement fédéral
Découvrir
20 bons chiffres du gouvernement fédéral
Découvrir