Le métro est la priorité. Didier Reynders, ministre fédéral des Affaires Etrangères et de la Défense, veut convaincre Ecolo et Groen d’accepter l’extension du métro bruxellois. En outre, le ministre rappelle que la politique migratoire du Gouvernement de Charles Michel est logique. Un demandeur d’asile qui ne respecte pas les conditions doit être renvoyé dans son pays d’origine. Enfin, Didier Reynders souligne que Défi veut augmenter la pression fiscale pour les personnes ayant un revenu inférieur à 2000€ nets par mois.

Extension du métro bruxellois: Ecolo et Groen persistent à ne pas vouloir l’étendre

Tout d’abord, pour Didier Reynders, le péage urbain aux limites de Bruxelles n’est pas une bonne idée. Un péage urbain enverrait les entreprises et les travailleurs dans la périphérie immédiate.

Ensuite, le métro est la priorité. Depuis 15 ans, le MR est dans l’opposition à la Région bruxelloise et le développement du métro n’a pas beaucoup avancé. En effet, le ministre fédéral cite les blocages effectués par plusieurs partis concernant l’extension du métro. Pour Didier Reynders, il reste à convaincre Ecolo et Groen qui persistent à ne pas vouloir étendre le métro dans Bruxelles.

Enfin, Didier Reynders rappelle que le Gouvernement de Charles Michel a, entre autres, relancé l’investissement dans le RER et créé l’offre S (offre ferroviaire suburbaine de 5 villes belges (Bruxelles, Liège, Charleroi, Anvers et Gand)).

Renvoyer les demandeurs d’asile qui ne respectent pas le conditions

La politique migratoire menée par la Belgique est logique, elle s’est d’ailleurs traduite par un accord international signé fin 2018 (Pacte migratoire de Marrakech).

Pour Didier Reynders, le respect des règles est primordial. C’est un devoir légal et moral d’accueillir les personnes demandant l’asile en Belgique s’ils sont dans les conditions d’asile. Cependant, la Belgique est également un état de droit. Il est obligatoire de les renvoyer dans leur pays d’origine s’ils ne respectent pas les conditions.

Défi veut augmenter la pression fiscale

Didier Reynders s’inquiète de l’envie de Défi de vouloir augmenter la pression fiscale sur les revenus à partir de moins de 2000€ nets par mois. En effet, Défi souhaite abaisser le montant à partir duquel un citoyen paye 50% d’impôts.